Les migrants affluent à Maripasoula

immigration
Bourg de Maripasoula
Maripasoula ©Laurent Marot
Cela fait plusieurs mois que la commune de Maripasoula voit arriver de nouveaux flux de migrants sur son territoire mais une importante vague a été observée au mois d’aout. Ils viennent principalement de la Caraïbe notamment d'Haïti ou encore d’Amérique du sud en provenance de Colombie.
Maripasoula fait face à un afflux croissant de migrants. Cela représenterait une soixantaine ou une centaine de personnes actuellement selon les sources. Ils seraient une poignée de migrants, selon un rythme quasi quotidien, à arriver dans la commune ces dernières semaines. Accueillants, Les habitants sont, cependant, peu habitués à voir autant de nouveaux visages en aussi peu de temps ce qui ne va pas sans tensions.

Pourquoi ce choix de Maripasoula, une commune enclavée de Guyane d’un peu plus de 10 000 habitants?

Les migrants parviennent dans la commune en passant par le Suriname, via l’aérodrome de Langa Tabiki, situé un peu en aval de Maripasoula. Ces migrants restent parfois quelques semaines voire quelques mois avant de trouver un autre point de chute. Certains profitent clairement de la permanence des services de la sous-préfecture dans la commune (moins engorgés) pour effectuer leur demande de carte de séjour. Cela serait l’une des explications de leur arrivée pour certains observateurs.
Il y a, cependant, une certitude, les réseaux d’acheminement jusque dans la commune du Lawa sont parfaitement structurés.
Lorsque nous avons tenté d’obtenir le témoignage de quelques uns d'entre eux, aucun n’a souhaité s’exprimer. L’un d’eux confiait même, qu’il ne pouvait pas parler sans l’accord de la personne dont il dépend. Cette halte à Maripasoula peut être amenée à durer en fonction de leur capacité à s’assurer un revenu grâce aux "jobs" qu'ils effectuent.
Si certains habitants voient plutôt d'un bon oeil cette population qui apportent des bras et travaillent sans doute à peu de frais, d'autres craignent, tout de même que ce travail illégal perturbe leurs activités.
Le préfet, Martin Jeager, alerté sur cette situation doit prendre la mesure du phénomène.