Les savanes de Guyane menacées par l'acacia mangium une espèce d'arbre envahissante

écologie
Acacia mangium l'arbre envahissant des savanes de Guyane
Acacia mangium l'arbre envahissant des savanes de Guyane ©JGA
Les savanes de Guyane sont en danger. Elles sont menacées de disparition par certaines espèces d’arbres. Parmi elles, l’acacia mangium, il pousse facilement dans cet environnement au détriment d’autres espèces. Au lycée agricole de Matiti des étudiants planchent sur son éradication

Il est remarquable sur le bord des routes, l’acacia mangium est cet arbre qui pousse dans les savanes.

Une espèce devenue prédatrice de son environnement

Mais cette espèce est une prédatrice pour son environnement. Au lycée Agricole de Matiti, ces étudiants en 2ème année de BTS Gestion et protection de la nature développent un projet d’éradication de l’espèce ainsi que l'explique Benjamin Astier, étudiant BTS Gestion et protection de la nature :

"Il pousse très vite et a la particularité de fixer l'azote qui enrichit le sol. Sauf que les savanes étant un milieu peu représenté en Guyane, il faut les préserver..."

L’acacia mangium est envahissant, il empêche les espèces endogènes de se développer. Perturbant l’équilibre des savanes. Originaire d’Asie du sud-est et d’Australie, il a été introduit en Guyane au début des années 80 afin de revégétaliser certaines zones. Il pousse vite et absorbe les métaux lourds, cela permet de nettoyer les sols abimés par l'orpaillage.

Acacia mangium dans un espace du lycée agricole de Matiti
Acacia mangium dans un espace du lycée agricole de Matiti ©JGA

Un protocole pour éviter la reproduction de l'acacia mangium

S’il est perçu comme un pertubateur, l’acacia mangium est apprécié par les éleveurs pour l’ombre et la barrière naturelle qu’il peut offrir. Il pousse rapidement jusqu’à 2 mètres cinquante par an. Il peut atteindre 20 à 25 mètres de haut. Il fleurit toute l’année et ses graines prennent tout de suite au contact de la terre.
Ce qui a incité les étudiants du lycée agricole, implanté au milieu des savanes de Matiti, à définir un protocole de transport très précis après abattage Djema Huart étudiant BTS gestion et protection de la nature :

"... On a mis une bâche pour que les graines n'aillent pas n'importe où. On va vérifier les linges, les matériaux de coupe, les voitures..."

Les savanes représente 260 Km2 soit 0,3% de la superficie de Guyane. Si rien n’est fait pour les préservées,  elles pourraient disparaître, emportant avec elles, une partie de la diversité de notre environnement.

Opération abattage de l'acacia mangium au lycée agricole
Opération abattage de l'acacia mangium au lycée agricole ©JGA