Marcelo Crivella le maire de Rio de Janeiro sous le coup d'une inégibilité, se présente à sa réélection

océan atlantique
La Baie de Rio de Janeiro
©Pixabay - droits réservés
Au Brésil aussi les élections municipales approchent. Elles se dérouleront les 15 et 29 novembre. A Rio de Janeiro, le maire sortant, pourtant sous le coup d’une inéligibilité a le droit de se présenter. Sans pour autant avoir la certitude d’être élu. 
 
Au Brésil aussi les élections municipales approchent. Elles se dérouleront les 15 et 29 novembre. A Rio de Janeiro, le maire sortant, pourtant sous le coup d’une inéligibilité a le droit de se présenter. Sans pour autant avoir la certitude d’être élu. 
 

Abus de pouvoir

C’est une condamnation à l’inéligibilité jusqu’en 2026 pour abus de pouvoir qui a été prononcée fin septembre par un tribunal régional à l’encontre du maire de Rio de Janeiro. Marcelo Crivella est accusé d’avoir utilisé personnel et matériel municipal pour organiser un meeting de campagne pour son fils, en 2018 pour les législatives. Notamment des véhicules municipaux de collecte des ordures pour conduire des employés pendant leurs heures de travail vers le meeting. Mais pour Crivella, il n’y a pas malversation pour la simple raison que son fils n’a pas été élu.


Popularité en baisse

Le Tribunal supérieur électoral a donc suspendue la condamnation de manière provisoire. Mais l’ancien pasteur et évêque de l’Eglise universelle du Royaume de Dieu est rattrapé par d’autres accusations : sa gestion des hôpitaux municipaux ou un réseau de détournement de fonds publics au sein de l’église.
La côte de popularité du maire sortant n’est donc pas vraiment reluisante : à peine 14% d’intention de vote contre 30% pour Eduardo Paes, son prédécesseur.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live