publicité

Matoury : Le renouveau de la cité Copaya

Après 7 ans de chantier, la zone urbaine sensible de Copaya, à Matoury, laisse place à un nouveau quartier, inauguré en partie ce 10 novembre. Avec la Zac Copaya, les aménageurs ont mis l’accent sur la mixité sociale et le cadre de vie pour ne pas reproduire les erreurs du passé

La maquatte du quartier Copaya © guyane 1ère
© guyane 1ère La maquatte du quartier Copaya
  • guyane 1ère
  • Publié le
Juillet 2010, la destruction de la cité Copaya à Matoury est lancée. Mal conçue, trop isolée, le site présentait alors toutes les caractéristiques d’une zone urbaine sensible sans être officiellement reconnue comme telle. Aujourd’hui, un nouveau quartier sort de terre. Le site est désormais reliée à la route nationale. 291 logements sont en train d’y être construits, en lieu et place de l’ancienne cité. Cette fois, priorité est donnée à la mixité sociale.

La volonté de ne pas reproduire les erreurs du passé

A côté du quartier résidentiel, des équipements de proximité sont programmés, comme un groupe scolaire qui accueillera 150 élèves de maternelles et primaires, ainsi qu’un pôle enfance. Il y aura aussi une aire de jeux, un plateau multi sports et une maison de quartier. Enfin, une zone dédiée à l’activité économique complète l’ensemble.
Il s’agit de ne pas répéter les erreurs d’urbanisme qui ont conduit à l’échec des précédentes constructions
Les anciens résidents ont été relogés. Mais certains ont voulu revenir vivre ici, dans les nouvelles habitations et le changement radical les satisfait entièrement.
Ce programme qui aura coûté 92 millions d’euros, co-financés notamment par l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru), la Semsamar, l’Etat, l’Europe et la commune.
Pour l’instant, 86 logements ont été livrés

Le reportage de Guyane 1ère

 

Sur le même thème

  • urbanisme

    Matoury débordée par l’habitat spontané

    Les résultats d’une vaste enquête de l’agence d’urbanisme et de développement de la Guyane sur le bâti ont révélé qu’en moyenne 41 % des constructions sur le littoral sont « spontanées ». L'exemple de Matoury où 52 % des bâtiments n’ont pas d’existence officielle.

  • urbanisme

    41% des habitations en Guyane ne sont pas légales

    Près de la moitié des bâtiments construits sur les principales communes du littoral sont construits sans autorisation d’urbanisme. C’est le résultat spectaculaire d’une vaste étude sur l’urbanisation. Certaines communes se retrouvent dans des situations complexes.

  • urbanisme

    Nouvelle opération de démolition de squats à Eau Lisette

    Une nouvelle démolition de squat, quartier Eau Lisette à Cayenne. Cette fois, l’opération de destruction visait des habitats précaires dans lesquels 25 foyers étaient enregistrés. Des solutions d’hébergements ont été trouvées pour toutes les familles assurent les services de la mairie.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play