publicité

Mickaël Mancé critique la méthode des "500 frères" après le blocage du Centre des Impôts

Dans un message audio qui circule sur les réseaux sociaux, Mickaël Mancée, leader de la mobilisation sociale de mars dernier, critique la méthode des "500 frères" et de "Trop Violans" qui ont bloqué, mardi, le Centre des Impôts de Cayenne. Il fustige aussi l’Etat. Explications.

Mikaël Mancée © Guyane 1ère
© Guyane 1ère Mikaël Mancée
  • Guyane 1ère
  • Publié le , mis à jour le
"C’est un audio diffusé dans un groupe censé être fermé, mais il y en a qui ont visiblement pris un malin plaisir à le diffuser, peut être pour créer des tensions entre "500 frères", "Grand Frères", "Trop violans"," remarque Mickaël Mancé.
 

Divergence sur la méthode

Cette semaine, ses propos ont circulé sur les réseaux sociaux. Dans un message audio, l’ancien leader charismatique de la mobilisation de mars dernier, critique la méthode des "500 frères" et de "Trop Violans" qui ont bloqué, mardi, le Centre des Impôts de Cayenne en soutien à la grève au Centre hospitalier. Délogés par les forces de l'ordre, six d'entre eux ont été placés en garde à vue.
 
Mickaël Mancée et les "Grands Frères" n'ont pas rejoint l'action devant le Centre des Impôts. "Notre objectif n’est pas de se confronter aux forces de l’ordre pour obtenir ce que l’on veut. Si eux choisissent cette méthode, ça les regarde, affirme Mickaël Mancée. Par contre, lorsqu’il a été question d’interpellations et de gardes à vue, il était logique d’apporter notre soutien".
 

Soutien au commissariat

Après avoir bloqué le Centre des Impôts de Cayenne, mardi, six membres des "500 frères" et "Trop Violans" ont été placés en garde à vue pendant six heures. Une centaine de personnes s’est alors rassemblée devant le commissariat où la pression est montée. Mickaël Mancée s’est rendu sur place à ce moment là.
 
 

"Un gamin tué"

Si cette façon de faire des "500 frères" ne lui plait pas, Mickaël Mancé estime qu’il est "trop facile pour l’Etat de mettre en place des forces de l’ordre pour combattre des guyanais qui se battent pour les droits du pays".
 
"L’Etat n’arrive pas à mettre en place ces forces de l’ordre là pour défendre le peuple. Un gamin s’est encore fait tué pour une chaîne en or, mardi, poursuit Mickaël Mancé. Alors, il est hors de question de voir l’Etat mettre les forces de l’ordre en place pour défendre ses intérêts et faire les gros bras contre nous, quand il n’est pas en mesure de gérer les gens qui nous pourrissent la vie".

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play