publicité

Municipales Régina-Kaw : le feuilleton rocambolesque suite et non pas fin

Nouveau rebondissement à Régina-Kaw. Dix mois après les municipales partielles, l’élection est à nouveau invalidée. Le Conseil d’Etat a rendu sa décision le 20 décembre dernier. De nouvelles élections sont prévues dans trois mois.

 

Pierre Désert
Pierre Désert
  • Par Marie-Claude Thébia
  • Publié le , mis à jour le
Nouveau rebondissement à Régina-Kaw. Dix mois après les municipales partielles, et la victoire de Pierre Désert, l’élection est à nouveau invalidée. Le Conseil d’Etat a rendu sa décision le 20 décembre dernier. De nouvelles élections sont prévues dans trois mois.



Une élection annulée trois fois 

Jamais en Guyane, une élection n’avait été annulée trois fois. Et quelle élection : les municipales de Régina-Kaw... 
Cette fois, c’est un des candidats proches de Michel Quammie, maire de 2014 à 2016, Athanase Avril, qui a saisi le tribunal administratif. Résultat : en juin dernier, les juges ont annulé l'élection d'avril 2018.
Or Pierre Désert et son équipe pouvaient déposer un recours. Ils n’ont pas respecté le délai imparti. Le conseil municipal de Régina-Kaw est donc dissous.
Le préfet a nommé une délégation spéciale afin d'organiser les nouvelles échéances électorales et en conséquence, gérer également les affaires de la commune. Un nouveau scrutin doit se tenir dans trois mois.



De rebondissement en rebondissement

Michel Quammie à gauche, et Justin Anatole à droite © Thomas Gouin
© Thomas Gouin Michel Quammie à gauche, et Justin Anatole à droite
Les municipales de Régina-Kaw, tiennent en haleine depuis 2014, date de l’élection de Michel Quammie, ancien bâtonnier et enfant de la commune.
Il faut savoir qu'en 2014 Michel Quammie, alors soutenu par Pierre Désert maire de 1977-2004, se présente. L'objectif est de battre Justin Anatole, qui a ravi son fauteuil de maire en 2004, à Pierre Désert. Fort du soutien de ce dernier, Michel Quammie bat Justin Anatole maire de 2004-2014, après une campagne acharnée et passionnelle.
Seulement les ennuis ne font que commencer pour Michel Quammie qui d’année en année a beaucoup de mal à s’imposer. En novembre 2016, l'ancien premier magistrat estime être dans l’impossibilité de gérer sa commune après qu’il ait dénoncé l’attribution de foncier par Pierre Désert à son entourage familial.
Il demande la dissolution de son conseil municipal dans un courrier adressé au préfet. La décision tombe le 8 février en Conseil des ministres. De nouvelles municipales sont prévues en avril 2018. 
 


43 candidats en avril 2018

Les municipales partielles de Régina-Kaw se tiennent les 22 et 29 avril 2018. Quinze sièges de conseillers municipaux sont à pourvoir. Une élection inédite, marquée par le nombre impressionnant de candidats : près de 43...sans doute un record dans l’histoire de la politique locale.
43 candidats dont les trois anciens maires : Pierre Désert (1977-2004), Justin Anatole (2004-2014) et Michel Quammie (2014-2018). 



La guerre des maires

Au soir du 29 avril, la liste de Pierre Désert rafle les 15 sièges de conseillers municipaux. Michel Quammie s’est retiré dés le premier tour. Son score est infime. 
L’autre liste conduite par Justin Anatole ne remporte qu’un peu plus de 30 % des suffrages.
Un raz de marée pour Pierre Désert et son équipe. Le vieil animal politique est de retour. Pas pour longtemps.



Une annulation et des nuances de bleu 

En juin dernier, le tribunal administratif suit le rapporteur de la République et annule l'élection des 22 et 29 avril 2018. Selon lui, les nuances de bleu utilisées sur les bulletins de vote de la liste de Pierre Désert pouvaient très facilement être interprétées comme étant une deuxième couleur. Un fait de nature à influencer les électeurs et contraire à l'article R. 30 du code électoral qui prévoit que : "les bulletins doivent être imprimés en une seule couleur sur papier blanc".
Pierre Désert
et son équipe ont deux mois pour déposer un recours.
Aujourd'hui, décision confirmée : les municipales sont annulées. L’ordonnance des juges de la Haute Cour administrative explique que Pierre Désert n’a pas respecté le délai imparti pour déposer son recours et son mémoire complémentaire.
La loi estime en conséquence que l’ancien maire de Régina s’est désisté de son recours.
Une élection de plus en plus rocambolesque, la saga des maires... devrait encore réserver bien des rebondissements. 






 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play