Orpaillage illégal: un commanditaire présumé interpellé à Macouria et placé en garde à vue

faits divers
Orpaillage Guyane
Coup de filet des gendarmes dans la commune de Macouria. En début de semaine, ils ont mis la main sur des hommes suspectés d'être liés à des opérations d'orpaillage illégal dans la zone de Matiti. L'un d'entre eux a reconnu être un commanditaire. Il sera jugé prochainement en comparution immédiate.

Il était environ 19h30 ce lundi 25 juillet lorsque les gendarmes mobiles de l'escadron de Nîmes ont procédé au contrôle de deux véhicules suspects dans le cadre d'une opération de lutte contre l'orpaillage illégal sur le secteur de Matiti à Macouria. Ils ont pu interpeller et placer en garde à vue les conducteurs même si l'un d'entre eux avait dans un premier temps réussi à prendre la fuite. Il a été rattrapé quelques heures plus tard.
En fouillant, les militaires ont découverts et saisis 12 ballots alimentaires servant à ravitailler les camps illégaux. 

Saisies orpaillage illégal
Saisie réalisée par les gendarmes ©D.R


L'enquête, menée par les gendarmes des brigades de Kourou et Macouria, ainsi que deux personnels de Saint Laurent du Maroni, a par ailleurs permis d'identifier le commanditaire présumé. Ce dernier a été interpellé le lendemain mardi 26 juillet, chez lui, dans le quartier de Soula 3. 
Lors de la perquisition, 1,4 tonne de nourritures, un véhicule et divers matériaux destinés à alimenter en logistique les sites d'orpaillages illégaux ont été saisis.
Les personnes présentes dans le domicile ont été placées en garde à vue.

Après 48h de garde à vue, le principal suspect a reconnu les faits et a été déféré devant le procureur de la République. En attendant son jugement en comparution immédiate pour "importation en contrebande de marchandises prohibées - complicité exploitation d'une mine sans titre d'exploitation et exécution d'un travail dissimulé", il a été placé en détention provisoire.

Saisies orpaillage illégal
Les gendarmes ont saisi près d'une tonne de nourriture et divers matériels destinés à alimenter en logistique les sites d'orpaillages illégaux ©D.R


Les denrées non périssables seront remises à la Croix Rouge ainsi qu'au zoo de Macouria.