1er mai : ce qui change...prix de l'essence, chômage partiel, les changements du mois

vie pratique guyane
Photo essence
©CL
Ce qui change au 1er mai. Prix de l’essence ou du gaz, procédure de chômage partiel, des changements liés ou non à la crise sanitaire interviennent ce vendredi 1er mai. La baisse du prix de l’essence est le changement le plus significatif.

 
Ce qui change au 1er mai. Prix de l’essence ou du gaz, procédure de chômage partiel, ces changements liés ou non à la crise sanitaire interviennent ce vendredi 1er mai. La baisse du prix de l’essence est le changement le plus significatif.
 
  • Prix de l’essence, du gazoil et du gaz

Pompe à essence
©CL

A compter du 1er mai 2020 à zéro heure, le prix du super sans plomb enregistre une baisse de 13 centimes : 1,23 euros le litre au lieu de 1,36. 
Le gazole lui passe de1,23 €/l, au lieu de 1,27 €/l, soit une baisse de 4 centimes par rapport à avril 2020. En revanche, la bouteille de gaz augmente de 80 centimes: 18,69 au lieu de 17,89.

  • Les arrêts de travail deviennent du chômage partiel

Arrêts de travail
©francetvinfo
Les parents en arrêt de travail pour garde d'enfants ou les personnes en arrêt car elles sont susceptibles de développer des formes graves du Covid-19 basculent en chômage partiel. Ils toucheront environ 84% de leur salaire net. A noter que ceux payés au Smic conservent pour leur part, 100% de leur net.
 
  • Les tarifs des notaires en baisse de 1,9%

Notaires
©Francetvinfo
Les honoraires des notaires diminuent de 1,9 % en moyenne pour l'ensemble des actes. Cette baisse est particulièrement notable pour la rédaction d'une convention de Pacs devant notaire. Cette démarche peut aussi être réalisée sans frais par le couple lui-même. Par ailleurs, la possibilité d'accorder des remises est renforcée. Celles-ci peuvent désormais représenter jusqu'à 20% pour les opérations de plus de 100.000 euros (au lieu de 10% à partir de 150.000 euros).
A noter enfin que la trêve "hivernale" prendra exceptionnellement fin le 31 mai (au lieu du 31 mars). La trêve hivernale période (de novembre à mars, généralement) durant laquelle l'expulsion des locataires et des occupants sans titre est interdite par la loi.