Elections territoriales 2021 : victoire historique de Gabriel Serville en Guyane

élections 2021 guyane
Gabriel Serville
Gabriel Serville ©EG
La Guyane semble avoir pris ce 27 juin un tournant politique avec l'accession aux responsabilités de la liste d'union conduite par Gabriel Serville. Un nouveau président, une classe politique recomposée et rajeunie pour mener dans les 7 ans à venir, la destinée d'une société en pleine mutation.

Intense épilogue pour une élection territoriale riche en enseignements. A l'issue du premier tour, le président sortant et désormais vaincu, Rodolphe Alexandre était en tête avec 43,72% des voix. Les autres listes, "Guyane kontré pour avancer" de Gabriel Serville, "Guyane" de Jean-Paul Fereira et "Changer d'Air" de Jessi Américain cumulaient à elles trois, 56% des suffrages. Un score qui semblait en cas de fusion permettre une victoire.
L'union était faite 48h après, et la liste "Guyane kontré pour avancer sans limite" avec Gabriel Serville à sa tête, déposée à la préfecture dans la foulée.
En politique, dit-on, il n'y a rien de mathématique. Et les électeurs semblent avoir voulu démontrer le contraire. Ils ont choisi l'alternance et se sont mobilisés pour obtenir ce changement.

Résultats second tour 27 juin
©Guyane la 1ère


Le sursaut démocratique contre l'abstention 

Au premier tour, l'abstention a atteint des records, 66% des électeurs ne sont pas déplacés en Guyane. Une tendance observée sur tout le territoire français. L'objectif des deux listes était de battre l'abstention et de convaincre les guyanais d'aller aux urnes.
Parmi les facteurs qui ont mobilisé les électeurs,  il y a certainement eu, la prise de position de la maire de Saint-Laurent-du-Maroni, Sophie Charles. Saluant l'union des Guyanais au service d'un projet pour la Guyane, elle s'est engagée dans la campagne aux côtés de Gabriel Serville, Jean-Paul Fereira et Jessi Américain. 
Mais la société civile a aussi joué son rôle. Pour preuve, l'action laminante sur le terrain, des activistes de "Tròp Violans" et l'appel de l'association des Chasseurs de Guyane, pronant le "dégagisme"soit le rejet de l'équipe en place. Le soutien de la France Insoumise, le parti de Jean-Luc Mélenchon positionné auprès de Gabriel Serville dès le départ a peut-être eu une influence non négligeable.
Quant à la vigueur de la campagne menée sur les réseaux sociaux, elle aura, aussi, largement contribué à mobiliser l'électorat et à faire émerger la volonté de changement.
Sur ce plan, les candidats ont joué à armes égales et se sont rendus coup pour coup. Les partisans de chaque camp ont multiplié les vidéos explicatives, les directs, les caricatures contribuant ainsi, à l'animation de la bataille électorale.

Gabriel Serville, un leader rassembleur

Si la situation sanitaire, semblait un frein à l'expression de l'exercice démocratique, dans la réalité, il n'en a rien été.
Le travail des militants et autres soutiens a porté ses fruits et propulsé Gabriel Serville, campé désormais dans la posture du leader rassembleur .
Le député de la Guyane a conforté son avance dans la section de Cayenne, par exemple, en recueillant 64,4% des suffrages. Au premier tour, il était en tête avec 36,8% des votes et talonné par Rodolphe Alexandre qui obtenait 34,3% des voix. Gabriel Serville a su convaincre, dans la section de la Petite Couronne, et conserver le cumul de suffrages des 3 listes du premier tour. Dans les Savanes, il a pris la tête dans des communes acquises à son adversaire (Kourou, Sinnamary, Iracoubo). A Saint-Laurent, avec le soutien de Sophie Charles, la liste d'union (47,2%) ne se place pas en 1ère position mais améliore son score. Alexandre conserve, lui sa réserve de voix (52,8%).
La liste du sortant s'est imposée largement dans les sections de la ruralité : Oyapock, Haut Maroni, Basse Mana et Grande Couronne. Mais celle de l'union a su rassembler dans les grands pôles urbains avec son leader Gabriel Serville. Ce dernier s'adjugeant la victoire finale avec 54,83% des suffrages. Il permet, ainsi, l'alternance démocratique souhaitée par les électeurs.

Gabriel Serville et sa liste d'union ont 7 ans pour convaincre

Ce vendredi 2 juillet, l'assemblée sera mise en place avec à sa tête, le nouvel homme fort de la Guyane, Gabriel Serville. Il aura la charge de mettre en oeuvre, le projet Guyane vendu aux électeurs.
Avec la prime majoritaire accordée à la liste gagnante, le leader pourra compter sur 35 sièges contre 20 pour l'opposition. Il lui faudra gouverner avec les 55 conseillers territoriaux et une administration territoriale, sans doute, en partie, renouvelée. 
La fusion sera alors à l'épreuve de la réalité administrative, d'un budget et de chantiers lancés sous l'ancienne mandature.
Cette équipe de personnes jeunes, sans expérience de la chose politique, venues d'horizon divers, va devoir démontrer sa capacité à travailler vite et efficacement face à l'urgence économique et sociale que connait la Guyane.