Coronavirus: quid du retour des patients guéris?

coronavirus
Le retour en Guyane des patients "évasanés" n'est pas aussi simple
Rachel prend régulièrement des nouvelles de sa mère qui a présenté une forme grave de la Covid 19. Elle a été traitée au CHU de Pointe-à-Pitre. ©M.N
12 Guyanais malades de la Covid 19 ont pu être pris en charge dans les CHU de Guadeloupe et de Martinique grâce au dispositif Evasan piloté par l'ARS, les médecins du CHC et les Forces Armées. Si l'aller est bien organisé, le retour des patients est un peu plus problématique.
Elles ont commencé  le 18 juin dernier…
Les évacuations sanitaires de patients atteints de la Covid 19 vers les hôpitaux des Antilles ont été mises en place pour alléger la charge en soin qui pèse sur les équipes hospitalières du territoire, très sollicitées.
Le dispositif, qui sera opérationnel tout le temps de la crise, est piloté par l’ARS, les médecins du CHC ainsi que les Forces Armées puisque ces dernières assurent le transport. 
Si l’initiative est louable, quelques patients et leurs familles en revanche, déplorent certains aspects parmi lesquels, le retour sur le territoire. Il semblerait que la mécanique ne soit pas aussi bien huilée que le départ.
C'est en tout cas ce que raconte Rachel. 
 
C'est l'ARS qui est normalement chargée d'organiser le retour des patients en Guyane
Rachel tient régulièrement ses frères et sœurs au courant de l'évolution de la situation ©M.N

Sa mère a été diagnostiquée positive à la Covid 19 début Juin. Hospitalisée à Cayenne, son état s’est aggravé en deux jours, au point que l'on a dû la transférer en réanimation. Rachel parvient à avoir de ses nouvelles sans difficulté auprès des soignants. Et puis les choses se sont brusquement accélérées: "Elle est rentrée en réa le dimanche et on l'a transférée vers la Guadeloupe le mercredi", dit-elle. 

Paulette, 63 ans, est l’une des 12 patients Guyanais à ce jour ayant fait l’objet d’une évacuation sanitaire (Evasan) vers les CHU des Antilles depuis la mise en place du dispositif: "le voyage s'est très très bien passé", poursuit cette jeune femme, habitante de Cayenne et mère de trois enfants. "Un médecin nous a appelé pour nous dire qu'elle était bien arrivée au CHU de Pointe-à-Pitre. J'appelais le service où elle était (ndlr: réa Covid) tous les matins, pour savoir comment elle se portait, comment elle avait passé la nuit, et j'ai toujours été très bien informée". 

Ce que Rachel déplore en revanche, c’est la prise en charge de Paulette qui a quitté l’unité de réanimation Covid en Guadeloupe au bout d’une semaine pour être transférée dans un autre service. N'ayant aucun proche ni aucune connaissance sur place, elle a du mal à en savoir plus sur l'état de santé de sa mère. En outre, testée Covid négative la semaine dernière, la sexagénaire garde malgré tout des séquelles. Mais elle est en mesure de poursuivre sa convalescence en Guyane.
Mais problème, sa fille ne sait pas comment ni vers qui se tourner pour organiser son retour sur le territoire. Après avoir bataillé et frapper à toutes les portes, celles de l'ARS, des hôpitaux, des associations...elle finit par obtenir des informations: "on m'a dit qu'elle allait rentrer mardi, mais on ne sais pas encore par quel biais...si c'est par un vol normal ou avec l'A400M. En tout cas une chose est sûre, elle rentre", affirme-t-elle. 
 
Taper à toutes les portes pour avoir des informations
Sa mère devrait rentrer mardi, soit sur un vol normal, soit avec l'A400M d'après Rachel ©M.N

Rachel n’attend plus qu’une seule chose : récupérer sa maman et en prendre soin. En attendant elle surveille de près son père. Il a été testé positif il y a quelques jours.

Contactée, l'ARS n'a pas donné suite à nos demandes d'interview. L'Agence Régionale de Santé a par ailleurs indiqué que "les médecins du CHC ne souhaitaient pas encore communiquer sur l'organisation du retour" des patients transférés. 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live