Déconfinement : les conseillers territoriaux votent à l'unanimité le prolongement de la fermeture des collèges et lycées

coronavirus guyane
assemblée plénière
©Sébastien Laporte
Les conseillers territoriaux ont voté à l'unanimité pour la non réouverture des collèges et lycées de Guyane. Ils ont ainsi réagi aux propos d'Edouard Philippe qui présentait le plan national de déconfinement à l'Assemblée nationale. 

« Vivre avec le virus, agir progressivement, adapter localement, voilà les trois principes de notre stratégie nationale » 
Edouard Philippe le Premier ministre 

 
Un plan national qui n'a pas convaincu

La stratégie de déconfinement présentée par le Premier ministre n’a pas convaincu les élus de la collectivité territoriale de Guyane : collèges et lycées resteront fermés. Ce mardi 28 avril, les conseillers étaient réunis en assemblée plénière. De nombreux points étaient à l'ordre du jour, mais les élus ont tenu à s'exprimer après avoir entendu l'intervention du Premier ministre sur la stratégie de déconfinement du gouvernement. 
Rodolphe Alexandre, président de la collectivité territoriale de Guyane souligne : 

« Aujourd’hui, je confirme la déclaration que j’avais faite déjà, le 14 avril : nous n’ouvrirons pas les bâtiments lycées et collèges, d’autant qu’une responsabilité pénale en matière de mise en danger d’autrui, de risque et de précaution, nous serait demain reprochée. Aucune garantie sanitaire n’est apportée pour nos enfants. Nous avons pu démontrer que dans les transports – fluviaux, aériens, transports routiers – qu’il y avait nécessairement une promiscuité, qu’il n’y avait pas le respect de la distanciation, que nous n’avions pas suffisamment d’équipement en terme de masques, en terme de gants ». 

 

Des critères non adaptés

assemblée plénière
©Sébastien Laporte
 

Au niveau national, le déconfinement sera effectué département par département, en fonction de critères médicaux. Or, pour les élus locaux, ces critères ne sont pas adaptés à la Guyane.
Roger-Michel Loupec, conseiller territorial, conseiller régional de l’ordre des médecins précise :

« Le Premier ministre a indiqué qu’il y avait une doctrine nationale, mais qu’il y avait aussi une possibilité de différenciation, et d’adaptabilité territoriale, en citant des critères tels que la tension en réa, le nombre de cas qui circulent, qui nous placeraient d’emblée en Guyane en circuit vert de déconfinement rapide ».

 
Reste aujourd'hui à attendre les décisions des autorités préfectorales, mais aussi du recteur de Guyane. 22 300 collégiens et 14 000 lycéens sont concernés.