Dix mots de la pandémie Covid-19 rentrés dans la conversation courante

coronavirus
Visuel coronavirus
©Gerd Altmann de Pixabay
Avant mars 2020, qui connaissait les termes couramment utilisés désormais dans le langage caractérisant la crise sanitaire mondiale ? Covid-19, comorbidité, Arn messager, confinement etc… Nous avons recensés dix de ces mots qui s’immiscent constamment dans nos conversions quotidiennes.

Et oui, la pandémie Covid-19 qui affecte l’humanité est au centre de nos vies intimes, familiales, amicales, et professionnelles. Selon les endroits où nous nous trouvons et l’objet de nos échanges nous devons maîtriser un vocabulaire spécifique plutôt scientifique.  

Ces dix mots qui parasitent nos conversations

Nous avons listé 10 mots parmi les plus importants de cette crise sanitaire qui semblent s'imprimer au fer rouge dans nos esprits. Et bien entendu, le premier de la liste est :

►Covid-19 : Le virus identifié en janvier 2020 en Chine est un nouveau coronavirus, nommé SARS-CoV-2. La maladie provoquée par ce coronavirus a été nommée Covid-19 par l’organisation mondiale de la santé - OMS. Depuis le 11 mars 2020, l’OMS qualifie la situation mondiale du Covid-19 de pandémie ; c’est-à-dire que l’épidémie est désormais mondiale

►Variant : le Covid-19 mute et ses variants ont été nommés Alpha, Beta, Gamma, Delta mais d’autres appelés Eta, Iota, Kappa, Lambda et Mu sont à suivre.

►Test PCR : Le test de dépistage pour le coronavirus est basé sur une méthode de biologie moléculaire appelée PCR (Polymerase Chain Reaction ou réaction en chaîne par polymérase). C'est une technique de routine utilisée dans pratiquement tous les laboratoires de biologie qui permet d'amplifier spécifiquement un ADN d'intérêt après plusieurs cycles de réactions biochimiques. Explication complète ici

►L’ARN messager (ARNm) : ou acide ribonucléique messager est une molécule retrouvée dans toutes les cellules. Dans la cellule, un système permet la lecture de l’information codée dans l’ARNm et la convertit en protéine.

L’ARNm contenu dans ces vaccins contre la COVID-19 est converti en protéine S (Spike) qui se retrouve habituellement sur l’enveloppe du virus Sars-Cov-2. Lors d’une infection, cette protéine lui permet d’entrer sur la cellule et déclenche une réponse immunitaire visant à se protéger contre cette protéine. Si une personne vaccinée est infectée par la suite par le Sars-Cov-2, ses défenses immunitaires vont reconnaître la protéine S du virus et le détruire.
L’ARNm ne modifie pas le génome des cellules et ne produit pas de cellules génétiquement modifiées. Ces vaccins ARNm ne sont pas des OGM.

►Vaccin : 4 vaccins sont utilisés en France. Deux vaccins ARNm : Moderna, vaccin fabriqué par USA et Pfizer biontech fabriqué par USA/Allemagne. Puis deux vaccins à vecteur viral dont Astrazenzca fabriqué par Suède/Grande Bretagne et Janssen-Johnson fabriqué par USA/Allemagne.

►Comorbidités : ce mot est le synonyme de "maladies associées" psychiques ou physiques s'ajoutant à une affection initiale. Quelques affections les plus dangereuses en cas d’infection au Covid-19 : le diabète, l’obésité, l’hypertension artérielle, l’insuffisance cardiaque, l’insuffisance rénale, la liste n'est pas exhaustive.

►Taux d’incidence : indicateur de surveillance de l’épidémie, le taux d'incidence correspond au nombre de personnes infectées sur une semaine, dans une population de 100 000 habitants. Le seuil de vigilance est atteint si plus de dix personnes sont infectées pour 100 000 habitants.

►Taux de positivité : correspond au nombre de personnes testées positives (RT-PCR et test antigénique) pour la première fois depuis plus de 60 jours rapporté au nombre total de personnes testées positives ou négatives sur une période donnée ; et qui n‘ont jamais été testées positives dans les 60 jours précédents. Source gouvernement

Confinement : certainement le mot le plus redouté des populations depuis mars 2020. Etymologiquement, le confinement est une stratégie de réduction des risques sanitaires qui oblige, sous peine de sanctions économiques ou pénales, une population à rester dans son logement ou dans un lieu spécifique. La Guyane expérimente ce dispositif depuis mars 2020.

►Pass sanitaire : un autre concept de la pandémie covid qui occasionne moult mouvements de protestations en Outre-mer. Le « pass sanitaire » consiste en la présentation, numérique (via l'application TousAntiCovid) ou papier, d'une preuve :
- d'un schéma vaccinal complet et du délai nécessaire après l’injection finale
- d'un test négatif de moins de 72h (ou 48h pour les tests antigéniques dans le cadre de voyages
- d'un test RT-PCR ou antigénique positif attestant du rétablissement de la Covid-19, datant d'au moins 11 jours et de moins de 6 mois.

Une terminologie sanitaire grand public qui n’a sans doute pas fini de s’étoffer

Et dans cette litanie de mots associés à la crise covid, on n’oubliera pas : gestes barrières, masque, gel hydro alcoolique, couvre-feu, distanciation, agusie, quatorzaine, asymptomatique, immunité collective etc…
Beaucoup d’autres termes sont ainsi apparus dans nos conversations. Certains d’entre eux méritent aussi des développements car souvent utilisés à tort et à travers notamment sur les réseaux sociaux, principaux lieux d'échanges.
Des échanges qui sont devenus tumultueux au fur et à mesure de l’avancée de la crise. 
Ces mots vont-ils figurer durablement dans notre champ lexical ? Sans doute, car la pandémie semble avoir encore de beaux ou mauvais jours devant-elle. Nombreux sont les scientifiques à rappeler que les pandémies ne se résorbent à minima qu’au bout de 3 à 5 ans sinon plus. Le cours de l’histoire du monde s’en fait régulièrement l’écho.

 

Le pangolin, un animal si bizarre

Il a connu son heure de gloire au début de la crise sanitaire accusé d’être le transmetteur du virus Covid-19. Le pangolin, petit animal très prisé en Asie comme en Afrique pour sa viande et ses écailles riches en kératine est impitoyablement chassé et surconsommé. Son espèce serait en voie de disparition. La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (Cites) a classé, en 2016, le pangolin parmi les espèces les plus menacées, et en a interdit la commercialisation.  

Il existe une journée mondiale des pangolins. Tous les 3e samedi du mois février est organisée une journée de sensibilisation au massacre du petit animal.