Drogue : De six mois à sept ans de prison ferme pour des trafiquants de cocaïne entre la Guyane et la métropole

trafic de drogue
Cocaine (image d'illustration)
©Castello-Ferbos / Godong / Photononstop
Sept membres d'un réseau de trafiquants de cocaïne condamnés à des peines de six mois à sept ans. Tous Guyanais, ils étaient poursuivis pour avoir eu recours à des ''mules'' afin de faire transiter la drogue entre Cayenne et le quartier stéphanois de La Cotonne.

Des trafiquants de cocaïne guyanais condamnés hier (vendredi 27 août) par le tribunal correctionnel de Saint-Etienne, dans la Loire.

Selon nos confrères de France Bleu Saint-Étienne Loire et de France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, la justice a condamné sept membres d'un réseau de trafiquants de cocaïne à des peines de six mois à sept ans de prison ferme.

Le procès a commencé jeudi après-midi. Les sept prévenus ont comparu pour trafic de drogue ou complicité. Tous les inculpés sont Guyanais, âgés de 19 à 31 ans. Ils transportaient ou organisaient le transit de la cocaïne entre Cayenne et le quartier stéphanois de La Cotonne, entre janvier 2018 et octobre 2019.

Le réseau démantelé dans un quartier de Saint-Etienne


En juin 2018, un premier Guyanais est arrêté pour trafic de stupéfiants à l'aéroport d'Orly. Dans son téléphone, la police trouve le contact d'une Stéphanoise originaire de Guyane. Soupçonnée de trafic, cette femme de 27 ans fait alors l'objet d'une enquête. Le 22 octobre 2019, une opération de police est menée dans son appartement du quartier de La Cotonne à Saint-Etienne. 

Suspectée de jouer un rôle de logisticienne, elle utilisait son domicile pour ce trafic. Dans le cadre de la perquisition, les enquêteurs découvrent aussi un billet d'avion destiné à l'une des ''mules'' et acheté dans une agence de voyage de Saint-Etienne.

Plusieurs dizaines de boulettes de cocaïne 


Sur place, les forces de l'ordre mettent également la main sur des capsules de cocaïne.  Six individus présents sont interpellés le jour même. Tous Guyanais et vivant à Saint-Etienne.

Deux d'entre-eux sont ensuite amenés aux urgences. Ils avaient ingéré de nombreuses capsules de cocaïne : près de deux kilos à eux deux. Placés en garde à vue, les deux hommes reconnaissent leur rôle de mule. Les autres suspects ont nié leur participation à ce réseau.

L'homme présenté comme l'organisateur du réseau a écopé de la peine maximale, sept ans de prison ferme et de 20 000 euros d'amende. 

Les mules sont condamnées à 30 mois ferme pour deux des convoyeurs, à 36 mois ferme et un mandat d'arrêt pour la troisième qui n'a pas respecté son contrôle judiciaire.

Les trois autres personnes en charge de la logistique écopent de peines allant 2 ans à 6 mois de prison ferme. Deux d'entre-eux bénéficient d'un aménagement de peine, dont la jeune femme de 27 ans condamnée à 3 ans dont un an avec sursis.