Enseignante de maternelle à Cayenne Cynthia Lefort est impatiente de retrouver ses élèves

éducation guyane
Cynthia Lefort institutrice en maternelle
©CL
Deuxième rentrée sous le règne de covid-19. Élèves et enseignants démarrent une nouvelle année scolaire dès le 3 septembre prochain. Cynthia Lefort enseignante à l'école Gaëtan Hermine de Cayenne est impatiente de retrouver sa classe de petite section maternelle.

Deuxième rentrée en période de crise sanitaire et pour Cynthia Lefort, enseignante depuis plus de 15 ans c'est une joie :

Je suis zen, je n'ai aucune appréhension. Nous avons déjà eu une première rentrée dans un contexte sanitaire catastrophique comme on nous le dépeint à chaque fois et je ne ressens aucun stress, aucune inquiétude...


Elle démarre sa neuvième année en maternelle, auparavant à Saint-Laurent-du-Maroni en classe de cm2. Elle apprécie autant l'élémentaire que la maternelle. 

L'école Gaëtan Hermine se situe au quartier de la Rénovation urbaine et accueille une population scolaire issue de l'immigration :

Dans ma classe de l'an dernier, 80% des parents étaient d'origine étrangère. Mais cela ne me pose pas de difficulté. Beaucoup d'enfants ont un bagage langagier assez important malgré tout. Pour ceux qui ne comprennent pas, comme on est au début de la scolarité il y a une évolution beaucoup plus marquante chez ceux de la petite section. Cela va relativement plus vite, on fonctionne beaucoup par les gestes et les jeux , je ne ressens pas les difficultés que rencontrent les collègues en élémentaire...

 

La continuité pédagogique par internet, un outil, de fait sélectif

Cynthia "adore" son métier, aime le contact avec les enfants. A ce stade de l'apprentissage, leur spontaneité est un atout et facilite l'échange. Les périodes de confinements ont été difficile à vivre car ses élèves lui manquaient :

C'était plus frustrant qu'autre chose de rester à la maison. Certes il y avait la continuité pédagogique par internet mais cela reste très frustrant car en maternelle c'est vraiment le rapport avec l'enseignant qui compte. Le contact visuel, les échanges qui permettent à l'enfant d'améliorer son langage, son comportement . Nous faisons l'apprentissage socio cognitif, apprendre avec le contact des autres, les camarades de classe qui se transmettent entre eux ce qu'ils apprennent aussi à la maison...

 
L'usage d'internet est sélectif et dépend des moyens du parent souligne Cynthia Lefort. Certains d'entre eux font tout pour y parvenir d'autres n'ont pas le temps surtout dans les familles où les fratries sont importantes. Une tâche compliquée qui la plupart du temps doit s'effectuer sur des téléphones au mieux des tablettes. Heureusement souligne Cynthia Lefort :

L'année dernière j'ai eu des parents volontaires, très investis qui faisaient leur maximum pour que les enfants avancent. Si nous devons nous retrouver dans le même contexte à devoir assurer la continuité pédagogique par internet, la sociabilisation pour la petite section parait difficile. Ma seule crainte pour cette nouvelle année, c'est le reconfinement...


Un protocole sanitaire difficilement appliqué

Le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer a annoncé le 22 août dernier la mise en place dans tous les établissements scolaires de l'hexagone du protocole 2 sur les 4 prévus dans le dispositif sanitaire. Cela permet d'avoir la rentrée la plus normale possible, avec les élèves en classe et le respect strict des gestes barrières.
En Guyane cela devrait se décider cette semaine en fonction de l'évolution de la pandémie sur le territoire.
Cynthia Lefort rappelle qu'il n'y a pas vraiment les possibilités matérielles d'observer la distanciation tout au long de la journée. Les enfants disséminés dans la cour à la récré restent proches dans les classes car il n'y a pas moyen de faire autrement :

Nous avons essayé toutes les possibilités mais on ne peut pas accueillir 25 enfants voire 30 élèves dans le secteur privé en respectant un protocole sanitaire bien strict... Personnellement je ne suis absolument pas pour le confinement, il faut tenir compte du risque sans vouloir atténuer le problème. Il n'y a pas eu d'incidence anormale dans notre école au niveau des maladies.
Après une année avec des enfants potentiellement covid, des parents aussi , je suis plus soucieuse aujourd'hui de savoir comment va s'organiser l'accueil des parents à la rentrée. L'année dernière cela a été difficilement géré pour les maternelles.


Positive, l'enseignante va, à l'instar de ses collègues, gérer au mieux, comme cela est demandé et fait pour chaque rentrée. Elle reste focalisée sur sa mission première : socialiser les enfants. Mais elle convient que le niveau des enfants, arrivés à la classe de CP, est très bas. Les enfants manquent de concentration, ont des difficultés d'apprentissage graves souvent dues à un absentéisme récurrent.
Mais conclue t-elle :

Les deux dernières années, j'ai eu dans ma classe des enfants motivés heureux de venir à l'école, très impliqués ... J'ai eu une classe de rêve, j'ai félicité les parents. Si le travail à la maison est poursuivi cela devrait donner une belle promotion pour le CP...


 

Quelques chiffres sur la population scolaire maternelle en 2020

Ces chiffres sont à retrouver sur le site de l'académie de Guyane. Pour les classes de maternelle du public et du privé, ils s'établissent comme suit pour 2020 :

  • Toute petite section (TPS) 125
  • Petite Section (PS) 4 881
  • Moyenne Section (MS) 5 633
  • Grande Section (GS)  5 777
  • Total 16 416

Cette rentrée 2021 s'annonce, au delà de la crise sanitaire, une fois de plus complexe. De nombreux parents sont en attente de places notamment à Cayenne. Désormais la loi rend la scolarisation obligatoire dès l'âge de 3ans. Pour les communes de Guyane c'est un gros challenge que d'accueillir ces enfants. 
 



​​