France-Antilles-Guyane : une nouvelle offre de reprise qui pourrait sauver les salariés

médias
France-Antilles-Guyane : une nouvelle offre de reprise qui pourrait sauver les salariés
C'est un rebondissement et une très bonne surprise pour les salariés de France-Guyane et du groupe France-Antilles, le groupe pourrait être finallement sauvé, le tribunal mixte de commerce de Fort de France de la Martinique vient d'autoriser la poursuite de l'activité du quotidien.
Dans les locaux de France Guyane , est un jour  dont on se rappellera , ce mardi 18 fevrier . les salariés avient dejà fait le manage et leurs cartons pour vider les lieux.
Mais rebondissement !
Sur requête du procureur de la République de Fort de France , le tribunal mixte de commerce de la Martinique vient d’autoriser la poursuite de l’activité du quotidien. Le groupe France- Guyane et France-Antilles peut être sauvé de la liquidation pourtant prononcée le 30 janvier dernier. Le patron du journal le Monde a deposé  une offre de reprise la semaine dernière.
Jean-Philippe Bazile, représentant des salariés de France-Guyane :

"C'est une bonne surprise pour nos 235 salariés, ils pourront espérer une reprise du quotidien France-Antilles, France-Guyane d'ici quelque temps".

Ironie du sort , cette nouvelle  offre de reprise qui pourrait relancer le journal  France Guyane  intervient le jour ou le liquidateur judiciaire est dans les murs du quotidien pour  la procédure de licenciement des 23 employés  du groupe en Guyane
Mais aujourd’hui personne ne sait  encore si tous les salariés conserveront leurs emplois.
Bernard Dordonne, secrétaire du CSE de FA France-Guyane :

"Je ne pense pas qu'ils vont prendre tout le monde, il ne faut pas réver, mais on sait qu'il y aura quelques salariés, notamment sur les 23 de France-Guyane. Ce nouvel élan donné par le journal le Monde, va permettre que tout le monde puisse se lancer et que tout le monde comprenne que lorsque qu'il n'y a pas un quotidien en Guyane, c'est la démocratie qui est aussi touchée."

La mort annoncée des quotidiens n’est donc plus d’actualité.
Le plan social et le licenciement des 235 salariés du groupe sont suspendus. Le dépôt  des nouvelles offres de  reprise peut se faire jusqu’au 2 Mars 2020. Le Tribunal examinera ces offres le 10 Mars prochain. 
©K. Constable

     
Les Outre-mer en continu
Accéder au live