L'orpaillage clandestin en hausse dans le parc amazonien de Guyane, les opérations Harpie se multiplient

sécurité
Un site d'orpaillage au milieu de la forêt guyanaise
Un site d'orpaillage au milieu de la forêt guyanaise ©Jocelyne Helgoualch

Cette année 2020 d’épidémie de Covid-19 a provoqué une nouvelle arrivée massive de chercheurs d’or en Guyane selon une campagne de survol des sites clandestins menée par les agents du Parc Amazonien de Guyane. Le dispositif Harpie montre-t-il ses limites?

La hausse spectaculaire du cours de l’or, atteignant encore 2020 des niveaux historiques a provoqué un nouvel afflux de garimpeiros en Guyane.

Lors d’une campagne de survol des chantiers clandestins, les agents du Parc Amazonien de Guyane ont constaté une hausse du nombre de sites illégaux par rapport à début 2020.

orpaillage petit saut
©Jean-Gilles Assard

156 camps d’orpailleurs en août contre 143 en janvier 2020 sur le territoire du Parc Amazonien.

 

Maripa-Soula : 82 sites recensés (+14)

Camopi : 29 sites recensés (+4)

Saûl : 9 sites recensés (+1)

Seule la commune de Papaïchton connait une baisse des activités d’orpaillage clandestin avec 36 sites, soit 6 de moins par rapport à début 2020.

Il s’agit du bilan le plus élevé sur les 32 campagnes réalisées sur le parc national depuis 12 ans

Une barge d'orpaillage saisie  par les FAG
Une barge d'orpaillage saisie par les FAG ©Jocelyne Helgoualch

Les opérations Harpie de lutte contre l'orpaillage clandestin montrent elles leurs limites au regard de ces sites illégaux en forte augmentation ?

Les opérations en Guyane impliquent actuellement 600 hommes engagés dans la lutte contre l’orpaillage illégal.

Les forces Armées de Guyane engagées dans le dispositif Harpie
Les forces Armées de Guyane engagées dans le dispositif Harpie ©Jocelyne Helgoualch

Forces armées de Guyane, gendarmes, services des douanes et de la PAF, agents du parc amazonien, mobilisés pour tenter de limiter la présence des orpailleurs clandestins.

Selon les autorités, environ 10 000 garimpeiros, souvent venus du Brésil travaillent illégalement sur le territoire guyanais.

orpaillage petit saut
©Jean-Gilles Assard

En 2019, les opérations contre l’orpaillage illégal ont permis la destruction de 5254 carbets, 1092 motopompes et 73 puits et galeries.

132 armes ont été saisies, 191 pirogues, 69 kilos de mercure et 2 kilos et demi d’or en 2019

La lutte contre l’orpaillage clandestin en Guyane a aussi fait de nombreuses victimes. Des centaines de villageois contaminés au mercure et 11 personnes décédées. 9 militaires et 2 civils, piroguiers pour l’armée ont perdu la vie lors d’opérations Harpie.