La conseillère territoriale Mylène Mathieu démissionne du mouvement Péyi Guyane

élections
Mylène Mathieu, conseillère territoriale
Mylène Mathieu, conseillère territoriale ©MM

Le torchon brûle entre la conseillère territoriale Mylène Mathieu et Péyi Guyane, le mouvement créé par Gabriel Serville en octobre 2018. L'élue de la CTG quitte le mouvement pour divergence d'opinion.

C'est dit ! Mylène Mathieu, secrétaire générale du mouvement Péyi Guyane claque la porte pour divergence d'opinion :

... Une divergence d'opinion sur la situation actuelle par rapport à l'union de gauche qui s'est orchestrée depuis quelques mois. Une divergence d'opinion sur continuer ou ne pas continuer dans cette union. Le groupe Péyi Guyane a opté pour faire cavalier seul, ce sur quoi je n'étais pas forcément d'accord. Mais c'est un événement supplémentaire à une série de divergences qui émergeaient au fil du temps...


Faut-il le rappeler depuis plus de 3 mois, une coalition de 5 partis de gauche, dont Péyi Guyane, travaillait à l'élaboration d'une liste pour les prochaines élections territoriales. Le choix de la tête de liste s'est finalement porté sur Jean-Paul Fereira, le maire d'Awala Yalimapo. Une décision que n'a pas admis Gabriel Serville qui semblait le candidat désigné. Il a finalement décidé d'aller avec son seul mouvement face aux électeurs.

Mylène Mathieu se positionne pour une union de gauche solide

Membre du mouvement Péyi Guyane créé par le député Gabriel Serville depuis octobre 2018, Mylène Mathieu conseillère territoriale, siège au sein de l'opposition à la Collectivité territoriale de Guyane. Elle a été élue en 2015 sur la liste "Guyane audacieuse" menée par Alain Tien Long. Mylène Mathieu précise sa position actuelle :

... Je suis pour une union de gauche et pour qu'elle perdure quoiqu'il en coûte... Je ne me sens pas suffisamment à l'aise pour continuer à travailler au sein de Péyi Guyane et faire partie de leur coalition pour les élections qui arrivent. Alors plutôt que d'être à 20% ou à 30% parce que j'ai l'intime conviction qu'il fallait faire autrement et bien j'ai préféré tirer ma révérence.


Cette décision est personnelle affirme Mylène Mathieu. Cela ne préjuge pas d'un autre engagement, il n'est pas question de "mercato" même s'il y a des rapprochements. L'élue conclut, "in fine rien n'a été fait dans ce sens à l'avance".