Le phénomène météorologique La Niña de retour et responsable des pluies qui arrosent généreusement la Guyane

météo guyane
La Niña
©DR

En Guyane les pluies sont beaucoup importantes qu’habituellement. Un phénomène météorologique appelé La Niña, rappelle Météo France. Il s’agit d’un refroidissement des eaux de surface sur les régions de l’Est du Pacifique, cela augmente les précipitations sur le plateau des Guyanes.

Il pleut beaucoup en Guyane car La Niña est de retour et le phénomène n’est pas prêt de s’arrêter dans les prochains jours. Le mois de février s'annonce encore plus pluvieux que celui de janvier.

C’est un phénomène qui s’étend au centre de l’Océan Pacifique et qui a ses conséquences en Guyane.

Un phénomène climatique qui se forme dans l'océan Pacifique


La Niña est un refroidissement anormal des eaux de surface, et cela s’accompagne de courants d’alizés dans les régions tropicales comme la nôtre.

Par effet papillon, les pluies sont beaucoup plus importantes sous l’effet de La Niña, c’est ce qu’explique Patrick Rançon, responsable de l’unité de prévision du centre météorologique de Guyane :

C'est un phénomène à la fois océanique et climatique mais vu la taille de l'océan pacifique cela a des répercussions sur pratiquement l'ensemble de la planète et particulièrement sur le plateau des Guyanes. C'est pour cela que depuis le mois d'avril 2020, on a des pluies nettement supérieures à la normale.


Des précipitations beaucoup importantes qui devraient prendre fin d’ici le mois de juin selon les prévisions de météo France :

On attend des pluies supérieures à la normale jusqu'au mois de juin 2021. On peut s'attendre d'avril à juin à une saison des pluies marquée.


Historiquement, c’est le phénomène opposé qui est le plus connu, El Niño, le réchauffement d’un immense réservoir d’eau situé également dans le Pacifique traduit en 1997 par une sécheresse qui a marqué les Antilles cette année là.

La Niña, caprice du temps, fait l’objet de recherches depuis plus de 50 ans, et n’a toujours pas livrés ses secrets…

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live