Le projet Yanakaz de la Guyanaise Frédérique Longin primé au concours Talents des Cités

famille guyane
Projet Yanakaz
Projet architectural yanakaz ©Guyane la 1ère
Pour son projet de création d’un carbet accueillant en centre-ville de Cayenne des habitants des communes isolées venant séjourner au chef-lieu, Frédérique Longin ra reçu le Prix national Talents des Cités 2020.
 
Chaque année, le concours Talents des Cités valorise les entrepreneurs des quartiers et favorise la cohésion sociale et la citoyenneté en récompensant une trentaine de créateurs d'entreprise issus des quartiers prioritaires de la ville. Créé à l'initiative du Ministère de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les collectivités territoriales et de Bpifrance, il permet à ceux qui souhaitent créer ou développer un projet, de bénéficier d’une dotation et d’un accompagnement personnalisé d’un des partenaires, et vient ainsi modifier l’image des quartiers en valorisant l’esprit d’entreprendre.


Prix Talents des Cités 2020, Frédérique Longin, pour son entreprise Yanakaz à Cayenne

Pour son projet de création d’un carbet accueillant en centre-ville de Cayenne des habitants des communes isolées venant séjourner au chef-lieu, Frédérique Longin reçoit le Prix national Talents des Cités 2020. Sorte d’auberge destiné aux habitants des communes de l’intérieur qui souhaitent se rendre à la capitale lorsqu’un proche est à l’hôpital ou lorsqu’il faut accompagner et installer un enfant qui poursuit ces études à Cayenne. Sur une surface de 400 mètre, la structure devrait accueillir une quarantaine de couchages.


Un carbet de 400 m2 devrait voir le jour en plein centre-ville de Cayenne

Une quarantaine de couchages destinés aux habitants des communes de l’intérieur. Une nécessité pour les populations isolées rappelle
Ceprika Ruth-Bidiou Présidente Association Ilupawa :

On n'est en plein centre ville juste à côté il y a la mairie, de l'autre côté l'hôpital, une maison de santé à côté aussi ...


Chaque années des centaines de familles amérindiennes et d’autres communautés sont démunies voir délaissés lorsqu’elles ont besoin d’accompagner un proche à l’hôpital ou d’installer un enfant qui poursuit ses études dans le chef-lieu explique Ceprika Ruth-Bidiou Présidente Association Ilupawa :

Ce lieu permettra aux parents de jouer leur rôle à temps plein auprès de leurs enfants. Les accompagner au niveau scolaire, des inscriptions au transport et cela c'est important pour nous en tant que parents.

Vue du projet architectural Yanakaz
©Guyane la 1ère
 

Yanakaz soutenu par la ville de Cayenne et la CTG

Il y a quelques années, Frédérique Longin part vivre à Maripasoula, de retour à Cayenne, elle est sollicitée par des amies et des amies d’amies qui souhaitent être hébergées. Née du constat qu’aucune solution de logement existe pour les gens des communes de l’intérieure, l’idée du carbet auberge prend forme
Frédérique Longin - Porteuse du projet Yanakaz :
 

Le montage du projet a été réalisé, les plans architecturaux sont prêts. Je suis en phase d'obtenir le permis de construire, toute la phase en fait d'études est aboutie, je pourrais passer demain à la phase de construction.


Le projet Yanakaz est soutenu par la commune de Cayenne qui lui a permis d’acquérir le terrain. Grâce à la CTG, elle a obtenu une subvention de fonds européens, Frédérique Longin a gagné de nombreux prix, seul blocage : les banques ne suivent pas.
Frédérique Longin – Porteuse du projet Yanakaz
 

J'ai du mal à trouver une banque qui veuille bien me suivre... Elles estiment que c'est un projet touristique et de ce fait en raison de la crise sanitaire, elles ne veulent pas me suivre pour l'instant. J'espère vivement qu'une banque se mobilisera et suivra se projet qui est solide et prêt à démarrer... Concrètement, il me faudrait un prêt de 300 000 euros


Basée sur le type d’auberge de jeunesse, la structure proposera une cuisine et une lingerie collective aux résidents. Des tarifs préférentiels pour personnes bénéficiaires du RSA seront appliqués de 15 euros le couchage en hamac à 20 euro un lit dans un dortoir et 50 euros pour une chambre individuelle pouvant accueillir une famille.