Les consommateurs au rendez-vous du E-salon de l'élevage guyanais

agriculture
E-Salon de l'élevage en Guyane
Du monde dans les allées malgré une jauge à moins de 300 personnes dans l'enceinte du E-salon. ©Isabel LEROUGE
La première journée du E-salon "Guyane, Terre d’Élevage" a eu lieu hier, vendredi à Cayenne. Le marché des producteurs, les dégustations, les ateliers, conférences et animations ont attiré du monde sur le parking de la Collectivité Territoriale.

Découvrir la richesse des saveurs du miel péyi, assister à la fabrication traditionnelle d'huile de coco, sans oublier de contenter ses papilles aux nombreux stands de restauration à base de produits guyanais. Le E-salon de l’élevage guyanais a trouvé son public, malgré les contraintes liées à l'épidémie de la Covid-19 : la présentation du pass sanitaire obligatoire pour rentrer sur le site de la Collectivité Territoriale et une jauge limitée à moins de 300 personnes dans l'enceinte même du salon.

L'avenir de la filière discuté

Si pour beaucoup le E-salon est surtout l'occasion de faire son marché, dès le matin, les conférences sur les enjeux majeurs des filières élevages et viandes locales ont attiré des curieux. Plusieurs spécialistes ont ainsi échangé avec le public sur la souveraineté alimentaire en Guyane ou encore la stratégie de développement de l'élevage guyanais.

Pour les jeunes en quête d’avenir, ce salon est aussi l'opportunité de se renseigner sur les différentes formations agricoles dispensées en Guyane dans les établissements, du lycée agricole à la maisons familiale rurale.

Ateliers et animations pour tous

Un peu plus loin, c'est une autre animation qui a séduit les visiteurs : l'atelier de découpe de la viande de Philippe Lalande, boucher à Périgueux, Meilleur Ouvrier de France en 1994 dans la spécialité Boucher-Étal et membre de l'équipe de France de Boucherie.

Pour sa première visite en Guyane, l'artisan a découvert la viande de bufflonne, un met qu'il a eu plaisir à travailler.

" La bufflonne, c'est une espèce que je ne connaissais pas du tout. C'est très intéressant à travailler. Vous avez un super produit, pour le mijoté, les grillades... Une excellente qualité. Ici, vous avez l'habitude de la manger jeune, une viande chaude comme vous dites. Dans l'hexagone,nous avons l'habitude de faire rassir un tout petit peu les viandes après l'abattage. Au moins 15 jours dans les frigos de façon à pouvoir laisser détendre les viandes qui sont consommées. Selon moi, pour faire évoluer ce produit guyanais, il faudrait peut-être faire rassir la viande de bufflonne quelques jours supplémentaires en frigo pour la rendre plus savoureuse."

Philippe Lalande, Meilleur Ouvrier de France en 1994 en catégorie Boucher-Étal, membre de l'équipe de France de boucherie


Partager son savoir-faire et son expérience est toujours essentiel pour l'artisan de Périgueux qui prépare les championnats du monde de boucherie en 2022 et surtout la première Coupe d'Europe de boucherie les 7 et 8 novembre, à Clermont-Ferrand, dès son retour de Guyane.

Durant les 2 jours du salon, Philippe Lalande n'est donc pas seul au plan de travail pour exécuter ses créations à savourer et exécuter les différentes étapes de la découpe d'une viande :  la levée, le désossage, le parage et surtout le façonnage. Il est assisté d'un jeune Guyanais, futur professionnel des métiers de bouche.

E-Salon de l'élevage en Guyane
Philippe Lalande, « Meilleur Ouvrier de France » en 1994 dans la spécialité Boucher-Étal, et Eric Bleus, son apprenti le temps du E-salon. ©Isabel LEROUGE

Elève en section alimentaire au lycée polyvalent Léopold-Elfort de Mana, Eric Bleus veut devenir boucher. Il a été encouragé à s'associer à l'artisan par ses professeurs et de la principale adjointe.

"Monsieur Lalande m'aide, il est très à mon écoute, il m'explique très bien les techniques. Travailler avec lui, c'est important pour moi, car son expérience, ce qui l'a amené à faire ce métier, va m'aider pour ma carrière. Aujourd'hui, j'ai déjà appris énormément dans la décoration, la mise en place pour mieux vendre aux clients... C'est très intéressant."

Eric Bleus, élève au lycée polyvalent Léopold-Elfort de Mana


Ce matin, samedi, Philippe Lalande animera un dernier atelier pour le grand public, de 9h00 à 13h30 (en continu).

Ce samedi, l'attraction de la journée sera la mini ferme : une aubaine pour partager en famille un moment unique avec des animaux de fermes guyanaises (porcelets, chèvres,moutons,pintades,poules...).

Le E-salon  "Guyane, Terre d’Élevage" est encore ouvert samedi 6 novembre, de 10h à 21h, sur le parking de la CTG et en direct sur la plate-forme internet https://guyane-terredelevage.gf.