Patrimoine : la Sarpa soigne la léproserie abandonnée

patrimoine guyane
léproserie Acarouany
La Sarpa se bat pour préserver l'ancienne léproserie ©Pierre Tréfoux
C’est l’une des trois dernières léproseries classées monument historique dans le monde, l’Acarouany subit les ravages du temps et des hommes. Une association se bat pour la préserver : la Sarpa.
 
L’ancienne léproserie de l’Acarouany se trouve sur la rive gauche de la rivière qui porte le même nom, à quelques kilomètres du bourg de Mana, dans l’Ouest Guyanais.
Elle a été fondée en 1833 par la Sœur Anne-Marie Javouhey. Intéressée par le sort des lépreux mal soignés, la révérende-mère a obtenu de les installer sur place.

Retrouvez ici plus d’informations.
 
léproserie Acarouany
Le site conserve des fonctions médicales jusqu’en 1979 avant d’être laissé à l’abandon. ©Pierre Tréfoux
Dans les années 50, le site a été modernisé avec la création d’une salle de spectacle. L’association Sarpa (Sauvegarde, Actualisation, Rayonnement, Patrimoine Acarouany) se charge seule de la rénover depuis quelques mois.
« On a mis du temps avant de nous rendre compte que c’était une salle qui permettait aux artistes qui venaient pour distraire les malades, de rentrer par l’extérieur, et d’arriver sur ce podium destinés à leurs représentations », indique Michel Ange, président de la Sarpa.
 
léproserie Acarouany
La léproserie avait une salle de spectacle qui est entrain d'être rénovée ©Pierre Tréfoux

Passionné par l’histoire, il veille à restaurer certains bâtiments du site, qui pour certains sont squattés : « aujourd’hui nous sommes complètement coincés parce que quelqu’un vit dedans. Nous avons dû fermer les deux autres bâtiments car ils étaient régulièrement vandalisés et donc détériorés » déplore-t-il.


Une page historique qui peut disparaitre

 
léproserie Acarouany
Parmi les trésors qui sont à découvrir à l’Acarouany, l’ancien de poste de contrôle des militaires, où l’on peut encore admirer les peintures des logos des différents régiments qui y ont stationnés. ©Pierre Tréfoux

Aujourd'hui, le site est victime des assauts du temps et des incivilités alors qu'il regorge de témoignages de l'histoire souligne Michel Ange : « On ne savait pas qu’il y avait également un cimetière. La forêt avait repris ses droits. Nous avons erré pendant longtemps avant de pouvoir découvrir d’abord une tombe, puis deux, puis ensuite on a vu qu’il y avait peut-être 200, 300 tombes dans ce cimetière ».
 
léproserie Acarouany
©Pierre Tréfoux

Il y a trois léproseries classées monument historique dans le monde, parmi elles, l’Acaraouany. Michel et son association luttent farouchement pour préserver le site. 

« Nous Guyanais, nous devons nous rappeler que c’est Anne-Marie Javouhey, une Bourguignonne, qui a créé cette léproserie afin de venir en aide aux déshérités de cette époque. La lèpre était une maladie odieuse mais qui ne tuait pas rapidement. Il me semble donc que c’est un devoir de mémoire que de faire connaître l’amour que ces gens-là portaient à ce peuple » 

Michel Ange, président de la Sarpa

 
léproserie Acarouany
©DR



 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live