Sabrina François-Vincent, la blogueuse guyanaise Ti Molokoy prône la fusion culinaire

portraits guyane
Sabrina François-Vincent, Ti Molokoy
Sabrina François-Vincent, Ti Molokoy ©CL
Le nombre de ses followers ne cesse d'augmenter sur ses comptes Facebook et Instagram, Sabrina-François Vincent surnommée Ti Molokoy cuisine depuis l'âge de 8 ans. Passionnée par le patrimoine culinaire guyanais, elle le promeut en y ajoutant sa touche d'esthète ouverte au monde.

En vacances en Guyane, Ti Molokoy qui vit et travaille en région parisienne est invitée à s'exprimer dans les différents médias locaux. Elle répond volontiers et fait ainsi découvrir au plus grand nombre son univers culinaire construit sur une approche de l'alimentation et d'un rapport au corps qui dépasse la simple fonction alimentaire.

Une passion construite sur des valeurs familiales

Sabrina n'a pas le sentiment d'être une influenceuse alors même qu'elle est très suivie sur les réseaux sociaux :

Je suis une blogeuse culinaire passionnée . Le blog me permet de partager une valeur familiale, sentimentale. Ma mère cuisinait beaucoup et nous a inculqué ses valeurs. Dès notre plus jeune âge, elle nous a transmis tout ce qu'elle savait. Elle nous montrait et nous laissait faire. Une bonne technique selon moi...


Les repas familiaux ont été un bon terrain d'expérimentation pour la jeune femme. A force de s'entendre réclamer ses recettes, elle a eu l'envie de les partager avec tout le monde. Le blog Ti Molokoy voit le jour . 
 
Ti Molokoy cuisine à toute heure car pour elle, cuisiner est un délassement qui la libère des tensions :

Cuininer, au delà d'une recette, c'est mélanger des saveurs, des senteurs et réussir à trouver un plat qui émoustille les papilles. On crée, la cuisine c'est de l'art. C'est une manière de s'évader, un exutoire ... quand je ne suis pas très bien, que je n'ai pas le moral ou envie d'évacuer le stress du travail, même à 1h du matin, je sors mes ustensiles, ouvre mon frigo, réfléchis à une création... et je m'évade...

 

La fameuse recette du kalawang revisitée par Ti Molokoy


Une passion qui occupe à plein temps

Mettre à jour son blog est une occupation à plein temps. Heureusement elle peut compter sur le soutien du père de sa filIe. Il réalise les photos et la conseille sur le choix des recettes à proposer, car Sabrina en a réalisé beaucoup et elle ne se presse pas de les eprésenter à  tous les followers - 14 000 sur Instagram, 13 000 sur Facebook -  :

Je procède par étape, j'essaie de les habituer à mon style, à mon univers de recettes fusion pour petit à petit être plus audacieuse...


La Guyane reste très présente dans sa vie, d'ailleurs Sabrina y a fait son premier confinement ce qui lui a permis d'expérimenter d'autres plats.

Cette activité culinaire vient néanmoins après son travail qui occupe aussi une place importante dans sa vie . Depuis 4 ans Sabrina exerce comme chef de projet à la fédération d'athlétisme de France. Elle apprécie le milieu du sport ayant aussi oeuvré 14 ans dans le handisport. La blogeuse ne souhaite pas que cela change.
Toutefois, elle ne se refuse pas certains contrats ou prestations. Elaborer, par exemple, les cartes pour les restaurants en Guyane comme dans l'hexagone :

On me demande mon avis, je conseille. J'ai créé un réseau qui s'étoffe... actuellement je travaille avec un entreprise de livraison, un Uber eat Guyanais... j'aime multiplier les expériences...

 

Un savoir culinaire qu'elle souhaiterait partager

A l'ère de la street food grasse, sucrée et calorique, Sabrina est persuaduée qu'il existe une alternative. Selon elle, les restaurateurs doivent prendre le temps d'élaborer des menus healthy, et surtout ne pas céder à la facilité et se projeter sur le long terme pour changer les mentalités. 
Cette autodidacte culinaire a un souhait :

Je me verrais bien organiser des master classes pour transmettre ce que je sais en cuisine traditionnelle ou fusion. On m'a transmis un savoir et je suis pour le partage. Je n'ai pas envie d'avoir un restaurant ou de vendre...

 
Flexitarienne, Sabrina ne consomme pratiquement plus de viande mais beaucoup de poisson et de légumes. Elle évite la surconsommation de produits, ne mange que deux fois par jour et pour varier les goûts explore tous les continents. La cuisine indienne l'attire car construite avec tous les aliments essentiels pour la santé et le goût.

Mère d'une fillette de 11 ans, Sabrina François-Vincent s'inquiète de l'avenir. Parmi ses préoccupations, la faim dans le monde, une problématique qui ne devrait plus exister.
La jeune femme prépare pour ces prochains mois, une série de vidéos de recettes fusion déjà très attendues.