"Zoo de Guyane, refuge d’Amazonie" un nouveau documentaire de Wey Amazone en diffusion ce 23 février à 20h

environnement guyane
Entrée du zoo de Montsinéry
©CSG

« Zoo de Guyane, refuge d’Amazonie », le Wey Amazone de ce mardi 23 février 2021 nous entraine à la rencontre de ceux qui font le zoo de Guyane. Le magazine de la rédaction télé de Guyane la 1ère nous explique la philosophie d’une structure atypique.

En effet, notre zoo cumule les particularités. Il est d’abord le plus petit des 3 parcs animaliers du groupe TFP (Tropical Forest Parc) qui réunit les zoos de Guyane, Guadeloupe et Martinique. Certes plus petit par le nombre de visiteurs mais plus grand par la taille, 12 hectares. Il accueille 240 animaux dont 56 espèces.

L'équipe du zoo de Guyane
L'équipe du zoo de Guyane ©CSG

Une structure atypique 

Comme en Guadeloupe, le zoo de Guyane est engagé dans une démarche de préservation de la faune sauvage, c’est une action menée par l’association SOS faune sauvage. L’association a ses quartiers sur le territoire du zoo, tous les employés du zoo y sont bénévoles et elle utilise les infrastructures du zoo.
Cependant, les animaux pris en charge par SOS faune sauvage sont bien distincts de ceux du zoo et ne se mélangent pas.

SOS refuge au zoo
Réparation d'un volatile ©CSG


SOS faune sauvage a pour mission de soigner les animaux blessés ou saisis qui lui sont amenés dans le but de les réintroduire dans la nature quand c’est possible. Quand la réintroduction n’est pas possible parce que l’animal n’est plus en capacité de vivre dans son milieu naturel, il se voit offrir la chance de rejoindre l’effectif animalier du zoo et en devient un pensionnaire à temps plein, définitivement et selon la réglementation très normée qui encadre l’activité zoologique.

Aux origines le mini zoo de Baduel d'Eugène Bellony

Cette démarche de préservation fait écho à celle d’Eugène Bellony qui des années 1930 à 1980 a recueilli dans la cour de son habitation maïpouri, vautour royal, tortue Mata-Mata, singes, perroquets et autre tamanoir, en faisant le premier zoo de Guyane appelé « Mini zoo de Baduel » encore répertorié malgré sa fermeture sur la page internet des zoos dans le monde. Un panneau en hommage à l’oeuvre d’Eugène Bellony est d’ailleurs érigé dans la serre tropicale du zoo de Guyane.

Serre Eugène Bellony au zoo


Un parc animalier que pour les espèces de Guyane

Notre parc animalier est le seul de la région à faire partie des 3 grandes organisations que sont l’association française des parcs zoologiques, l’association européenne des zoos et aquariums et l’association latino-américaine des parcs, zoos et aquariums. Il n’héberge que des animaux de Guyane et veille avec l’association SOS faune sauvage à la reproduction des espèces à travers des échanges et des transferts entre zoos.

Zoo de Guyane, refuge d’Amazonie
©CSG

Un parc fréquentée par des animaux en liberté

Son originalité tient aussi au fait qu’il s’inscrit tellement bien dans son environnement que la visite au zoo permet régulièrement d’observer également les animaux en liberté. Les pensionnaires du parc et la nourriture qui leur est servie chaque jour représentent en effet un intérêt pour les animaux de la nature environnante. Cela crée une ambiance spéciale que les visiteurs surpris de prime abord, disent apprécier.

A travers « Zoo de Guyane, refuge d’Amazonie » Wey Amazone, mardi 23 février à 20 h vous montrera pourquoi ce parc animalier entre les communes de Macouria et Montsinéry, est un patrimoine vivant qu’il convient de découvrir, de redécouvrir et de valoriser.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live