La construction d’un Palais de Justice et d’un établissement pénitentiaire à Saint-Laurent du Maroni

justice ouest guyanais
 Le Palais de justice de St-Laurent du Maroni
Le Palais de justice de St-Laurent du Maroni ©Eric Léon
C’est l’un des grands projets entérinés par l'Accord de Guyane du 21 avril 2017 :
La construction d’un Palais de Justice et d’un établissement pénitentiaire à Saint-Laurent du Maroni.
Les étapes de ce grand projet pour l'Ouest Guyanais.
 

La construction d’un Palais de Justice et d’un établissement pénitentiaire à Saint-Laurent du Maroni fait partie des points actés dans l'Accord de Guyane du 21 Avril 2017.
Si le lancement des travaux n’est pas attendu avant deux ans dans le secteur « Margot », le projet, lui, poursuit son cheminement administratif.
Il a reçu la semaine dernière un premier avis de l’autorité environnementale.
Le quartier du futur Palais de justice de St-Laurent du Maroni
Le quartier du futur Palais de justice de St-Laurent du Maroni ©Eric Léon

Localisés à 7 kilomètres du centre-ville de Saint-Laurent, le futur Palais de Justice et le futur centre pénitentiaire sont décrits par l’autorité environnementale comme des projets ambitieux.
En terme d’insertion paysagère, de rendu architectural, de consommation énergétique ou encore pour la qualité de vie que ces équipements promettent d’offrir à leurs utilisateurs.

La question est désormais de savoir si le maître d’ouvrage a les moyens de mener à bien ces ambitions.


Selon l’instance de contrôle, les mesures de réduction d’impact et de compensation environnementale restent encore trop floues, peu opérationnelle.
Le quartier du futur Palais de justice de St-Laurent du Maroni
Le quartier du futur Palais de justice de St-Laurent du Maroni ©Eric léon

Des questions se posent aussi quant à l’impact sur la biodiversité.
L’autorité environnementale demande également des précisions sur l’articulation du projet avec l’autre aménagement du secteur Margot.
Il s’agit de l’une des 8 zones ciblées par l’opération d’intérêt national, essentiellement articulée autour de la création et de la réhabilitation de logements.
Il s’agit donc de donner des garanties au voisinage proche de la prison et du Palais de Justice, en particulier sur la possibilité ou non d’assurer l’isolation acoustique de la centrale électrique rattachée au projet.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live