Prix Nobel de littérature alternatif : Maryse Condé une vie sans fard et artifice

livres
La vie sans fard
Maryse Condé a reçu le prix Nobel de littérature alternatif le 12 octobre. Ce prix, fruit d’un long processus populaire, a été institué cette année seulement par la « Nouvelle académie ». Il sera remis le 9 décembre prochain à Stockholm.
 
Maryse Condé a écrit une trentaine de romans, de pièces de théâtre, d’essais. Cette grande figure de la littérature française a été plusieurs fois nommée pour le Nobel. Cette fois, elle est lauréate d’un prix alternatif, éphémère... Une distinction hors norme. 


Un prix populaire

Le Prix Nobel de la littérature a été reporté d’un an suite à un scandale #MeToo. Contrairement au classique Nobel, ce sont les lecteurs qui ont choisi le lauréat : une liste est d’abord constituée par des bibliothécaires puis ramenée à quelques noms par un vote populaire. Le prix sera remis le 9 décembre.
Maryse Condé s’est félicitée  « Je suis très heureuse et très fière d’avoir ce prix »
Maryse Condé est née en 1937. Cette grande figure de la littérature a eu plusieurs vies. Le livre dans lequel elle se livre le plus est « La vie sans fards ». L’occasion de réexposer cet article paru en 2013.


Biographie non autorisée

La vie sans fard
©MCT

« La vie sans fards » de Maryse Condé paru chez Lattés, aurait pu être une biographie non autorisée.
Elle casse son  propre mythe. Elle raconte sa vie avec une franchise déconcertante parfois bouleversante. Elle n'a pas peur de paraître sous un mauvais jour : pas d’angélisme, de glorification personnelle, de vérité arrangée, embellie, l'auteur de « Ségou », se raconte sans fard, dans une brutale vérité. Et quelle vérité !


Une vie cahotique

La vie sans fard
DR ©DR

De son enfance au sein d'une famille bourgeoise guadeloupéenne, qui l'idolâtre puis la méprise...à l’Afrique sa terre promise qui la décevra tant, Maryse Condé raconte sa vie. Elle commence par  évoquer son parcours de fille mère dans les années 50 à Paris. Elle est trahie par son amant, le journaliste militant haïtien Jean Dominique. Il l’initie à la cause noire avant de l’abandonner enceinte. Elle se retrouve sans un sou, continuant ses études tant bien que mal, confiant un temps son garçon, Denis, à l’Assistance publique puis à une nourrice. Un déchirement.
 

La réalité dépasse la fiction 

La vie sans fard
©MCT

Puis elle rencontre son premier mari Mamadou Condé. Il lui redonne une virginité. Elle ne lui parle pas de son enfant. Ils se séparent une première fois, après trois mois de mariage. Après bien des souffrances et des péripéties, elle décide de partir seule en Afrique avec son fils. La suite est un véritable roman, la réalité dépasse la fiction. L’œuvre littéraire de Maryse Condé se dessine, se comprend, à travers ses confidences.


Le prix de la liberté

La vie sans fard
©DR

L'auteur guadeloupéenne raconte sa vie avec retenue, mais sans pudeur, se montre sous son jour véritable, mesquine parfois, infidèle beaucoup, triste mauvaise mère, inconsciente, mélancolique mais aussi extrêmement téméraire et courageuse. La vie lui envoie tellement d'épreuves qu’elle ne sait plus rire, ni sourire, résistant aux coups du sort et avançant sans cesse, faisant des rencontres incroyables tel Malcom X, Sékou ToureChe Guevara, l'air de rien, tissant de vrais liens d'amitié, au fil de son cheminement. La vie d’une femme libre... Elle en paie le prix.


On n'échappe pas à son destin 

Maryse Condé
©Claire Garate

Maryse Condé,  se construit intellectuellement et humainement au gré de ses coups de folies, de ses fuites, de ses lectures. Elle est rarement raisonnable et se laisse aller aux affres de la passion au détriment parfois, de ses enfants. C'est à plus de 40 ans qu'elle écrit son premier livre « Ségou » qu'elle accouchera dans la douleur.
On n’échappe pas à son destin. En lisant ce livre, c’est une évidence...
 « La vie sans fard » de Maryse Condé paru aux éditions Lattés














































 
Maryse Condé : une écrivaine de renom
Maryse Condé est née le 11 février 1937 à Pointe à Pitre en Guadeloupe. Elle a publié de nombreux romans dont "Ségou" et "Moi Tituba sorcière". Elle a enseigné en Guinée, au Ghana et au Sénégal. Elle a également été journaliste à la BBC et en France.
Après de nombreuses années d'enseignement à Columbia University, elle partage aujourd'hui son temps entre la Guadeloupe et les USA.