Rappel des modalités de déplacement entre la Guyane et ses voisins, Brésil et Surinam

amérique du sud
Le pont de l'Oyapock entre la Guyane et le Brésil
Le pont de l'Oyapock entre la Guyane et le Brésil ©Jocelyne Helgoualch
La préfecture de la Guyane rappelle les règles de déplacement aux frontières, en particulier pour les ressortissants brésiliens et surinamais qui souhaitent se rendre dans leur pays depuis notre territoire, et ce par voie fluviale ou terrestre.

Alors que l’extension du pass sanitaire entre en vigueur à partir du lundi 9 août, les modalités de voyage depuis la Guyane vers le Surinam et le Brésil demeurent inchangées mais restent souvent méconnues. L'occasion pour la préfecture de la Guyane de rappeler les règles en vigueur.

Entre la Guyane et le Brésil

Ainsi, les déplacements depuis la Guyane à destination du Brésil par voie terrestre ou fluviale sont toujours interdits sauf pour :

  • Les Brésiliens,
  • Les étrangers détenant une carte de séjour brésilienne
  • Les fonctionnaires des organisations internationales et les ambassades
  • Les étrangers ayant un motif de regroupement familial avec un citoyen brésilien présent sur le territoire
  • Les étrangers autorisés par le gouvernement brésilien
  • Les étrangers titulaires d’un numéro migratoires national
  • Le transport de marchandises

Pour avantage de détails, les voyageurs sont invités à se rapprocher des services compétents, en particulier l’ambassade du Brésil ou le consulat. A noter, qu’ils devront systématiquement présenter un test PCR négatif de moins de 72 heures et une déclaration sur l’honneur attestant d’une absence de symptômes d’infection à la Covid-19 et de contact avec un cas confirmé de Covid-19.

Par contre, les déplacements depuis le Brésil vers la Guyane, par voie fluviale ou terrestre sont toujours strictement interdits, sauf pour le transport de marchandises, et ce jusqu’à nouvel ordre. Le pont binational de l'Oyapock est ainsi fermé. Le seul moyen autorisé, sous certaines conditions, d’entrer en France depuis le Brésil reste l’avion.

Depuis le 21 juillet, à l’occasion d’un séjour en France, les Français de l’étranger et leurs enfants vaccinés avec un vaccin reconnu par l’Agence Européenne du médicament, peuvent demander l’obtention d’un pass sanitaire pour faciliter leur séjour sur le territoire national. La délivrance d’un QR code leur permet de régulariser leur situation vaccinale dans l’application TousAntiCovid.

Entre la Guyane et le Surinam

Pour se rendre au Surinam par voie fluviale depuis la Guyane, les voyageurs, vaccinés ou non, doivent obligatoirement être en possession d’un passeport et munis d’un visa ou d’une carte touristique. Concernant les modalités sanitaires d’entrée sur le territoire surinamais, il faut impérativement se rapprocher des autorités locales.
A ce jour, selon les autorités surinamaises, sauf exception, les frontières terrestres sont officiellement fermées entre le Surinam et la Guyane française, ainsi qu’entre le Surinam et le Guyana. Aucun voyageur n’est autorisé à entrer ou quitter le territoire surinamais par voie terrestre.

Dans le sens Surinam/ Guyane, les personnes vaccinées doivent présenter un test PCR ou antigénique de moins de 48 heures. Les personnes non vaccinées doivent fournir nécessairement 3 documents : un test PCR ou antigénique de moins de 48 heures, une déclaration sur l’honneur acceptant un dépistage ou un isolement à l’arrivée à la demande éventuelle des autorités sanitaires locales, et un motif impérieux avec justificatif.

Par ailleurs, les ressortissants surinamais souhaitant se rendre en Guyane doivent posséder un passeport muni d’un visa délivré par les autorités françaises.

Quant aux liaisons aériennes, elles sont opérées par plusieurs compagnies aériennes au départ et à destination du Suriname et des Pays-Bas (Amsterdam) pour les ressortissants surinamais ou les voyageurs justifiant d’un motif impérieux.

Les maires de Kourou et Macapá échangent quant au retour de vols directs entre Macapá et Cayenne

Le retour d’une liaison aérienne directe entre Macapá et Cayenne, est l'un des sujets abordés lors de la rencontre, la semaine dernière entre François Ringuet, maire de Kourou et son homologue brésilien, Antonio Furlan, premier édile de la capitale de l’Amapá.

La réunion s'inscrivait dans le cadre des négociations pour le renouvellement et l'élargissement de l'accord de coopération entre les villes de Macapá et Kourou dans les domaines de la culture, du sport, de l'éducation, de la santé, du tourisme et de la technologie. La signature de l'accord devrait avoir lieu mardi prochain, le 10 août.

L'idée d'une liaison aérienne entre les villes devra être discutée entre les mairies et une compagnie aérienne.

Un autre projet était à l'ordre du jour : le partenariat entre les deux villes pour l'entretien des places et des lieux publics. L'un de ces sites serait le champ Currú, nommé en hommage à la commune guyanaise, un champ situé dans le quartier de Pacoval, dans la zone nord de Macapá.