Centre Littoral : une douzaine de chauffeurs de bus encore en droit de retrait

transports
Centre Littoral : une douzaine de chauffeurs de bus encore en droit de retrait
©Frédéric LARZABAL
Un mois après la reprise du service des bus à la Régie Communautaire de Transport, une douzaine de chauffeurs est encore en droit de retrait, ce qui entraine des perturbations sur les lignes. Ils s’estiment en danger par rapport au risque Covid 19.
Ils ne lâchent pas l’affaire. Une douzaine de chauffeurs en droit de retrait, près d’un quart de l’effectif sur le planning à la Régie Communautaire de Transport. Ils s’appuient sur un rapport d’inspection du centre de la fonction publique, et sur un courrier de l’inspection du travail du 17 août : ils demandent à la présidente de la CACL (Communauté d'Agglomération du Centre Litttoral) d’appliquer une liste de mesures anti-covid.
 

"Mise à disposition de gel pour les usagers, le retour des bus le midi, entre deux services, pour un nettoyage rapide de la cabine des chauffeurs et de l'espace des usagers, une aide à la gestion des usagers, au moins les récalcitrants"

Martine Nivoix, secrétaire générale adjointe de la CDTG


Pour les syndicats CDTG et FO, la CACL n’a pas appliqué ces mesures, et le protocole de désinfection des bus ne serait pas respecté.
 

Une réunion de CHSCT contestée


Le 6 août, les deux syndicats ont quitté le CHSCT qui selon eux, n’a rien donné, d’où la légitimité du droit de retrait
 

"Ils ont eu des rapports, il y a eu des réunions, il y a eu des contrôles. Après, ils ont juste à mettre en place ces choses là, ou du moins essayer de mettre les plus simples en place. On va dans un CHSCT extraordinaire et il n'y a rien qui en ressort"

Edmé-Maurice Guerini, secrétaire CDTG au CHSCT de la CACL


La CACL rappelle que le courrier de l’inspection du travail du 17 août se base sur une visite du site de la RCT du 4 juin. Entre-temps, des mesures ont été prises, qui vont au-delà du protocole national appliqué dans les transports, selon l’Agglo.
 

"On a cherché à rassurer le personnel de conduite au maximum. Il est isolé, il y a ces éléments de protection individuelle, notamment les masques FFP2 qui ont été recommandés par la Médecine du travail qui considérait que l'ensemble des protocoles étaient suffisants pour une reprise du travail;"

Philippe Néron, directeur général des services de la CACL


Dans un mail adressé à la CACL en juillet, le médecin du travail indique que le risque covid « est réduit au minimum à la RCT ».
 

Saisie sur salaire


Le  17 août, l’Agglo a mis en demeure les agents en droit de retrait de reprendre le travail.
 

" Le droit de retrait est illégitime. Il fera, en application de la réglementation, l'objet de retrait sur salaire car aujourd'hui, on considère que l'ensemble des conditions sont réunies pour que les agents reprennent le travail."

Philippe Néron, directeur général des services de la CACL


Selon la CACL, un plan de reprise a été présenté en CHSCT le 6 août, mais le plan d’action en réponse à l’inspection du travail n’a pas encore été finalisé. Aucune réunion de concertation n’est prévue pour le moment avec les syndicats.
Centre Littoral : une douzaine de chauffeurs de bus encore en droit de retrait
©Mélodie NOURRY
Préavis de grève pour le 14 septembre
Le syndicat Union des Travailleurs Guyanais appelle l'ensemble du personnel de la RCT à se mettre en grève à compter du lundi 14 septembre, dés 4h30, pour une durée illimitée. Les personnels seront en grève sur leur lieu de travail.
Les revendicaytion sont  les suivantes : 
- mise à disposition des personnels titiulaires de la RCT dans la SEMOP (Société d’économie mixte à opération unique)
- mise à jour des carrières (avacements)
- mise à jour des cotisations retraite
Les Outre-mer en continu
Accéder au live