publicité

La santé des fleuves et des hommes en question

L’IAGF, l’association internationale Initiatives pour l’Avenir des Grands Fleuves, est en Guyane. Aux côtés de l’ARS, la CTG, la Préfecture et l’Institut Pasteur, des spécialistes se penchent depuis le 15 avril sur la question de la santé des fleuves et des hommes avec l’exemple du Maroni. 

L'association internationale Initiatives pour l'Avenir des Grands Fleuves à Saint-Laurent du Maroni © Eric Léon
© Eric Léon L'association internationale Initiatives pour l'Avenir des Grands Fleuves à Saint-Laurent du Maroni
  • Eric Léon/CL
  • Publié le
A bord des pirogues des experts venus des 5 continents du globe. Tous s’intéressent à l’avenir des grands fleuves du monde. Cette 8ème session internationale qui les réunit en Guyane est l’occasion pour ces spécialistes, de découvrir le fleuve Maroni depuis Saint-Laurent, avec ses spécificités et problématiques de santé.
L’Institut Pasteur de Guyane membre partenaire de l’association IAGF voit un grand intérêt à ce rassemblement comme le souligne Mirdad Kazanji, le directeur :

"... il y a un ensemble d'acteurs en Gyane qui travaillent pourquoi pas les réunir et avec notre groupe apporter une réflexion pour l'avenir de ce fleuve..."

Séance de travail à la résidence du Sous-Préfet de Saint-Laurent du Maroni, élus, associations, ingénieurs et acteurs de la santé interviennent et témoignent de leurs expériences. L’hygiène, l'eau potable et l'assainissement sont abordés afin de trouver les solutions pour améliorer la vie sur les fleuves. Une séance riche de partage et d’expérience pour les participants. Gabriel Carles, chef du service gynécologie du Centre Hospitalier de l’Ouest Guyanais :

"Il faut être honnête, la situation est bien meilleure maintenant par rapport aux maladies à transmission hydrique... les situations endémiques ont nettement diminué. C'est un combat permanent, si on n'a pas d'assainissement correcte et pas d'accès à l'eau potable, il y a tout un tas de maladies qui perdureront."


Si l’objectif de cette session internationale est d’observer les liens qu’il y a entre un fleuve et la santé des hommes qui y vivent. Les sujets et problématiques évoqués restent universels pour les membres du comité des Fleuves.
Après une semaine de séance de travail l’IAGF, consacrera la matinée du 19 avril, à la restitution des travaux.

Le reportage de Guyane la 1ère
L'IAGF en Guyane - visite sur le Maroni

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play