publicité

Le sentier du Rorota : un hymne à la nature, interdit

Le sentier du Rorota, est un lieu très prisé. Qu’ils soient des sportifs aguerris ou de simples marcheurs, à toute heure du jour, il n’est pas rare d’y croiser de nombreux promeneurs. Pourtant il est interdit d’accès. Nombreux, sont ceux qui bravent l’interdiction.
 

© MCT
© MCT
  • Par Marie-Claude Thébia
  • Publié le , mis à jour le
© MCT
© MCT
Parcourir le sentier du Rorota est une ballade précieuse, hors du temps. Situé à la périphérie de Rémire-Montjoly, ce lieu exceptionnel est fréquenté par de nombreux promeneurs.
Des sportifs tout terrain, chaussés de leurs crampons qui vont et viennent, accomplissant plusieurs tours, des promeneurs amoureux de Dame nature qui s’arrêtent à chaque étape, aspirant le bon air, ou enfin les marcheurs adeptes de la marche sportive aux pas saccadés qui entretiennent leur forme, grimpent, descendent, ayant le sentiment d’être de super guerriers.


Un sentier interdit 

Pourtant ce sentier est interdit. Des panneaux à l’entrée signalent le danger que pourrait représenter cette promenade. En effet, il y a des risques d’éboulement : un bloc rocheux qui présente des fissures et pris en charge par une mission d’experts le mois dernier. De plus, l'entretien du chemin nécessite un investissement lourd, surtout durant la saison des pluies. Le site peut présenter des dangers. Des arbres peuvent tomber à tout moment. Dame nature est parfois capricieuse. 
le reportage de Guyane la 1ère


Un peu d’histoire

© MCT
© MCT
Ce sentier devait faciliter l’accès aux installations de captage d’eau. Des installations construites par l’ingénieur des ponts et chaussées "Lalouette". Il est à l’origine, au 18 siècle, de la création de ces lacs. Il s’agissait de constituer une réserve d’eau potable pour les habitants de Cayenne et sa périphérie. Il a fait construire des aqueducs, des fontaines, des bassins réservoirs, des conduites souterraines pour amener l’eau douce dans les habitations. Ces vestiges existent encore aujourd'hui. Les lacs n’alimentent que Rémire-Montjoly. Mais attention, il est interdit de s’y baigner.
 

Tous les chemins mènent à Rome

© MCT
© MCT
Cette randonnée fait une boucle sur la montagne du Mahury, dont le sommet culmine à 150 mètres. Elle relie les lacs de Rorota, Lalouette et Rémire. Il suffit de suivre le chemin, impossible de se perdre. Sauf en pleine nuit, car il n’est évidemment pas éclairé. L’entrée s’effectue au pied du mont. C’est facile, après avoir grimpé quelques minutes, une intersection se présente. Droite ou gauche ? Peu importe, tous les chemins mènent à Rome.
 

Une nature prodigieuse

© MCT
© MCT
Tout le long de la promenade, des petites cascades et des étendues d’eau s’offrent au regard. Il n’est pas rare en levant les yeux , d’apercevoir des singes qui sautent d’arbre en arbre. La forêt qui borde le sentier est luxuriante et invite à la découverte. Les fleurs sauvages ne demandent qu’à être cueillies.  Il n’est pas rare également de croiser  de somptueux morphos, ces papillons d’un bleu électrique. Ils volettent  tout autour de vous, indiquant la bonne direction.
 

La ballade est terminée

© MCT
© MCT
Il faut environ une heure à une heure trente pour arriver au terme de la ballade, soit un peu moins de 6 km. De fantastiques points de vue permettent également d’apercevoir la mer et les îlets de Rémire. Au terme des six kilomètres du parcours, il est plus aisé de comprendre pourquoi malgré l’interdiction, le chemin est si fréquenté. Reste à espérer que les obstacles soient très vite levés.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play