Spatial : l’Europe veut mettre le booster face à la concurrence

sciences
Une vue d’artiste du satellite Galileo
Une vue d’artiste du satellite Galileo ©ESA/Pierre Carril

Près de 15 milliards d'euros pour le spatial durant les 6 années à venir. Via ce budget en nette augmentation, l'Europe opte pour une stratégie offensive dans un secteur de plus en plus concurrentiel. Notamment en matière de lanceurs.

Si l'Europe peut être fière de ses succès passés en matière spatiale, l'heure n'est plus à la complaisance selon Thierry Breton qui s’exprimait lors de la 13ème conférence spatiale européenne à Bruxelles. Le commissaire européen chargé de la politique industrielle, du marché intérieur, du numérique et donc de l’espace, met en garde contre la concurrence internationale de plus en plus rude. En particulier celle des lanceurs américains (SpaceX) et chinois. L’ancien patron, et ancien ministre français donne aussi le cap, après avoir tiré la sonnette d’alarme :

 

Les normes pour les lanceurs sont en train d'être redéfinies en dehors de l'Europe. Nous le savons tous. Nous devons nous demander : notre approche actuelle nous mènera-t-elle avec succès à 2050, compte tenu des perturbations dans le secteur que nous observons tous? J'en doute fortement, et je crois que nous avons besoin d'une stratégie globale plus offensive, plus agressive, plus cohérente."

 

Une alliance de tous les acteurs


Une stratégie pour laquelle, comme toujours, l'union fait la force. Et de toutes façons, pour Thierry Breton, l’Europe ne peut pas se permettre d’être divisée sur ces questions stratégiques. A ses yeux, les Européens doivent aller au-delà des intérêts nationaux. Le commissaire annonce qu’il va œuvrer dans ce sens :

"Je rassemblerai donc dans les prochains mois tous les acteurs pour initier une alliance des lanceurs européens afin de pouvoir définir conjointement, avec l'Agence spatiale européenne, les États membres de l'UE, le Parlement Européen, l'industrie , une feuille de route commune pour la prochaine génération de lanceurs et de technologies pertinentes pour assurer un accès autonome à l'espace. "

 

14,8 milliards d’euros pour le spatial


Et l'UE mettrait aussi la main à la poche. 14,8 milliards d'euros devraient être dépensés dans le secteur spatial entre 2021 et 2027. Contre 12 milliards durant la période précédente.

9 milliards seraient consacrés à Galileo. Les lancements des satellites de nouvelle génération du système européen de positionnement débuteraient en 2024. Plus tôt que prévu. 5,4 milliards serviraient au programme Copernicus d’observation de la Terre.

Ces plans nécessiteront cependant le feu vert du parlement européen et des gouvernements des Etats membres. A priori, ils devraient conforter l’activité de la base spatiale de Kourou en Guyane.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live