Le Surinam et l'épidémie de Covid-19, un horizon en point d'interrogation

coronavirus
Le palais présidentiel au Surinam
Le palais présidentiel au Surinam ©Jocelyne Helgoualch
Paradoxe amazonien, au Surinam, une société américaine a découvert un nouveau gisement pétrolier estimé à 300 millions de barils. Une véritable manne mais peut-elle suffire à contrer la crise économique actuelle doublée d'une crise sanitaire Covid-19 ravageuse?
Le Surinam annonçait début avril la découverte d'un second puits de pétrole au large des côtes du pays, en eau profonde. Un gisement qui contiendrait près de 300 millions de barils de pétrole.
Le PDG de la société Américaine Apache qui a découvert ce nouveau gisement a déclaré :

... Cette découverte confirme à nouveau que nous sommes devant un grand bloc pétrolier et nous pouvons dire que ces gisements sont très importants. Nous poursuivons nos prospections pour un 3e et 4e puits ...

Ces découvertes et ces recherches pétrolières  pourront-elles sauver un pays au bord du gouffre économique ?
 

Le pétrole pourra t-il sauver le Surinam ?

Le gouvernement du Surinam  est ruiné : un portefeuille vide et de nombreux  emprunts. Une dette évaluée à 550 millions de dollars US, soit 506 millions d'euros. A cela s'ajoute les embauches massives du gouvernement Bouterse : 60 000 fonctionnaires en 2020 dont 15 000 nouvelles embauches depuis l'élection du président Bouterse en 2010. Aujourd’hui 53 % de la population active du pays est employée par le gouvernement et le salaire moyen mensuel est de moins de 300 euros.La banque centrale du Surinam a subi d'énormes pertes. En 2019, un trou dans les comptes de plus de 100 millions de dollars US est découvert . Conséquences : la banque centrale n’a pas publié ses comptes annuels. L'effet a été immédiat auprès des investisseurs et des marchés dont dépend beaucoup le Surinam pour ses échanges économiques.
La rue de la banque centrale
Rue Waterkant Paramaribo où se trouve la banque Centrale ©Jocelyne Helgoualch


Chute du dollar Surinamais

En décembre 2019, un euro équivalait à 8 SRD. Début 2020, la devise Surinamaise s'est effondrée, un euro passant à 14 SRD, soit presque le double.Le gouvernement a du faire adopter par l’assemblée nationale le 22 Mars une loi  pour bloquer les taux de change et plus aucune transaction en devises étrangères n'est autorisée.
Une situation économique de crise qui a poussé l'agence de notation Standard and Poo’s (S&P) à publier le 1er  Avril dernier une nouvelle note de crédit pour le Surinam, passant de B à CCC+. En clair, une très mauvaise note . Le Surinam épinglé pour la seconde fois  par la communauté financière comme mauvais élève.
Le dollar surinamais
Un euros égal 15 SRD actuellement ©Jocelyne Helgoualch


Crise économique et crise sanitaire

La crise liée au coronavirus a d’ores et déjà eu de lourdes conséquences pour le Surinam. Avec la chute des prix du pétrole de 70 %, les récentes découvertes n'ont donc pas eu l'effet attendu pour permettre aux investisseurs, d'envisager le pays sous un nouveau jour.
Déjà frileux, les banques et les états amis envisagent de revoir leurs coopérations financières et économiques avec le Surinam.
Le ministère des Finances à Paramaribo
Le ministère des Finances à Paramaribo ©Jocelyne Helgoualch


Couvre-feu aux conséquences économiques pour des milliers de Surinamais

Dans un entretien accordé le 6 Avril à la télévision d'Etat, le NII, National Information Institut, le président du Surinam, Desi Bouterse a déclaré :

Je demande aux marchands de limiter leurs importations à ce qui est utile et essentiel. La crise du coronavirus affecte presque toute l'économie du pays et cela impacte énormément sur la vie des Surinamais. Les chauffeurs de taxi souffrent, les musiciens également et nous avons la responsabilité de veiller à ce que vous puissiez manger.

 En effet, avec de faibles revenus et la flambée des prix de produits de consommation courante, les petits jobs et l'économie informelle sont très développés au Surinam. Fonctionnaire le matin, taxi  l’après midi et agent de sécurité, le soir.
Les familles ont dû aussi revenir loger toutes générations confondues sous un même toit pour tenir le budget.
Depuis la fermeture de toutes les écoles du territoire, des frontières aériennes, terrestres et fluviales et l'instauration d'un couvre feu très contrôlé de 20 h à 6 h du matin, ce sont des milliers de personnes qui n'ont plus la possibilité de se nourrir.
Le président Bouterse élu en 2010 puis réélu en 2015 se représente pour un 3e mandat. L'élection présidentielle  prévue le 25 Mai 2020 aura-t elle lieu ?
Entre crise économique et crise sanitaire, ces prochains mois risquent de mettre à genoux un pays déjà très affaibli.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live