Trafic présumé de cocaïne entre Dégrad des Cannes et l’Europe : une deuxième vague d’arrestations

faits divers
Saisie de drogue port Dégrad des cannes
La drogue cachée dans des sacs de voyage ©préfecture

L’enquête avance suite à la saisie de 594 kgs de cocaïne le 1er octobre 2020 dans un véhicule aux abords du port de commerce de Dégrad des Cannes, à Rémire-Montjoly. Selon nos informations, cinq autres personnes – tous des hommes - ont été interpellées mardi 22 juin. 

L’enquête avance suite à la saisie de 594 kgs de cocaïne le 1er octobre 2020 dans un véhicule aux abords du port de commerce de Dégrad des Cannes, à Rémire-Montjoly. Selon nos informations, après l’arrestation en octobre de quatre premiers suspects mis en examen pour cinq autres personnes – tous des hommes - ont été interpellées mardi 22 juin : quatre en Guyane et une dans l’hexagone.

 

Cinq interpellations 

L’enquête est menée par les policiers de l’OFAST, l’Office Anti Stupéfiants, assisté de gendarmes, sous l’égide de la JIRS (Juridiction Inter-régionale Spécialisée) de Fort de France, dans le cadre d’une procédure ouverte notamment pour « importation et exportation de produits stupéfiants en bande organisée ». Vendredi, à l’issue de leur garde à vue, au moins trois suspects ont été placés en détention provisoire au centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly, après avoir été présentés au Juge des Libertés et de la Détention (JLD).  La quatrième personne interpellée en Guyane a été incarcérée ce week-end, à l’issue de sa garde à vue. Selon nos informations, les interpellations ont eu lieu à Matoury, Rémire-Montjoly et Kourou. Au moins deux véhicules ont été saisis.

Des suspects transférés

Les suspects doivent ensuite être transférés en Martinique pour être présentés devant le juge qui instruit l’affaire à Fort de France, lequel dans ce type de situation délivre un « mandat d’amener » pour ordonner le transfert. Quant à l’homme arrêté dans l’hexagone, il pourrait être lui aussi transféré en Martinique, en fonction des charges qui auront été retenues contre lui à l’issue de sa garde à vue. Contacté, Renaud Gaudeul, le procureur de la république de Fort de France, n’a pas répondu à nos sollicitations. Des précisions devraient être données sur ce dossier à l’issue de la présentation des suspects devant le juge d’instruction.