Un mouvement de grève ralentit l'activité de l'aéroport à Matoury, mais pas de blocage

social
Grève générale à l'aéroport Felix Ebouée
©Terrence MOY
A la suite de l'appel à la grève lancé par une intersyndicale, des agents de l'aéroport Félix-Eboué à Matoury ont manifesté devant l'aérogare ce matin dés 5h. Ils s'opposent aux mesures sanitaires. Perturbé, l'accès au site n'est pourtant pas bloqué.

L'accés à l'aérogare Felix-Eboué est perturbé ce matin, depuis 5h. Idem pour la zone de fret.

A la suite de l'appel à la grève lancé la semaine dernière par l'intersyndicale de l'aéroport de Matoury, plusieurs agents manifestent contre l'obligation vaccinale, soutenus par des personnels de santé. Ils seraient près de 200 selon les premières estimations.

Dans un communiqué, la Chambre de Commerce et d'Industrie de la Guyane, gestionnaire par délégation de la plate-forme aéroportuaire, dénonce par la voix de sa présidente, Carine Sinaï-Bossou, ce qu'elle considère comme un "blocage". 

" L’aéroport est le seul outil qui maintient la continuité territoriale en Guyane entre les communes enclavées et le littoral. Bloquer l’aéroport c’est bloquer la libre circulation des personnes et des malades. C’est aussi bloquer I’économie guyanaise qui a déjà tellement souffert de la Covid 19. C’est enfin priver la Guyane de l’arrivée de personnel médical et de médicaments. La vaccination doit rester un choix et en aucun cas un combat justifiant le blocage de notre territoire et de notre économie. La CCI de Région Guyane demande la levée immédiate du blocage de l’Aéroport et la reprise du dialogue entre toutes les parties."

Carine Sinaï-Bossou, Présidente de la CCI de la Région Guyane


 Les grévistes, eux, rappellent que l'accès n'est pas bloqué pour les passagers au départ et à l'arrivée des vols. Plusieurs d'entre-eux ont pu rentrer dans l'aéroport.

Karl Dimanche représentant intersyndicale de l'aéroport Felix-Eboué rappelle les raisons du mouvement. Il est au micro de Terrence MOY

Le préfet a pris des mesures pour empêcher le blocage de l'aéroport. Des policiers et des gendarmes ont été dépêchés sur place. Le commissaire divisionnaire et directeur de la Direction Territoriale de la Police Nationale de la Guyane, Philippe Jos, s'est rendu sur le site, ainsi que le préfet Thierry Queffelec.

Les manifestants prônent la "discussion avant tout" et regrettent de voir le dispositif mis en place par le préfet en face d'eux.

Le mouvement se veut pacifique. Karl Dimanche, représentant intersyndicale de l'aéroport, appelle au dialogue avec les autorités. Ses explications recueillies par Terrence MOY?

A cette heure, les forces de l'ordre sont encore sur place. Les représentants syndicaux et le préfet ont trouvé un accord : selon le préfet, "50% des portes de l'aéroport sont accessibles et ouvertes aux usagers qui peuvent ainsi entrer et sortir de l'aéroport. Le fret reste assuré."

Selon nos dernières informations, le mouvement de grève est reconduit. 

Des discussion ont débuté vers 13h entre les représentants syndicaux, le préfet et la présidente de la CCI de la région Guyane. L'intersyndicale a fait part de ses revendications, surtout l'annulation de l'obligation vaccinale. Ces demandes ont été jugées impossibles à remplir car en dehors du domaine de compétence de la préfecture et de la CCIG.