Une grande caravane de la liberté contre le pass sanitaire

social
Caravane liberté Saint-Laurent
©E.L
Le rendez-vous était donné tôt ce samedi matin sur l’île de Cayenne pour une grande « caravane de la liberté ». Sur le trajet la centaine de véhicules composant le convoi a fait plusieurs haltes dans les différentes communes avant d’arriver en fin de matinée à Saint-Laurent du Maroni.

Au lendemain du vote par les députés du texte de loi portant sur l’extension du pass sanitaire, de nombreuses forces vives étaient mobilisées ce samedi matin pour dénoncer à la fois le pass sanitaire, les motifs impérieux et l’obligation vaccinale. Baptisé « La caravane de la liberté », le convoi est parti aux environs de 5 heures du matin de l’île de Cayenne avec des rendez-vous donnés tout au long du trajet menant à Saint-Laurent du Maroni, à Macouria, Kourou, Sinnamary et bien entendu à Iracoubo. Les manifestants parmi lesquels on compte des associations comme Trop Violans, des partis politiques de l’UDEG au MDES en passant par la France Insoumise, ou encore des syndicats comme l’UTG ou l’UNOSTRA - UGTR, souhaitaient symboliquement passés le poste de contrôle d’Iracoubo sans présentation de motif impérieux.

Une victoire contre la privation de liberté

 

Le préfet de Guyane Thierry Queffelec a anticipé ce rapport de force, dans un communiqué publié tôt ce samedi, il rappelle que la liberté de manifester est une liberté fondamentale garanti dans le contexte de crise sanitaire par le décret du 1er juin 2021, il déclare donc que la caravane dispose de fait d’un motif impérieux. Le coup de force n’a pas eu lieu, mais lors des prises de paroles publiques au marché de Saint-Laurent du Maroni des différents acteurs, l’épisode sera largement commenté et présenté comme une victoire contre les mesures restrictives des libertés de circulation prises par les autorités dans le cadre de la lutte contre l’épidémie en Guyane.

Ce rassemblement montre que le peuple guyanais est un peuple solidaire et déterminé. Nous sommes tous ensemble pour dire non à ce pass sanitaire qui nuit à notre liberté individuelle et collective.

Samantha Cyriaque, secrétaire générale adjointe MDES.

 

Un accueil animée à Saint-Laurent

©E.L

Accueillie par des ovations au point d’arrivée, au marché municipale de la sous-préfecture, « la caravane de la liberté » s’est conclue par de nombreuses prises de parole appelant la population à maintenir la résistance alors que le parlement examine en ce moment même l’extension du pass sanitaire avec obligation de présentation du document potentiellement début août pour les cinémas, restaurants, ou encore transports.

Manifestation du Front 24 juillet
Ils étaient plusieurs centaines au point d'arrivée de la caravane de la liberté ce samedi 24 juillet au marché de Saint-Laurent du Maroni. ©E.L

Les manifestants ont ensuite entamé une marche vers la sous-préfecture, entrecoupée à nouveau de prise de parole. La manifestation se poursuit encore en ce début d’après-midi.

Grâce à ce mouvement nous allons bientôt faire lever ce barrage. Nous appelons l'ensemble des élus, à peser de leur poids pour que prenne fin cette inégalité, cette injustice que nous vivons à Iracoubo et Régina.

Olivier Goudet, président Trop Violans

Le week-end dernier, l’ensemble de ces organisations, près d'une vingtaine, écrivait une lettre ouverte au président de la Collectivité territoriale de Guyane pour lui demander de se positionner contre des mesures jugées liberticides. Un appel entendu puisqu’il a donné lieu au vote d’une motion à la majorité des élus de l'Assemblée de Guyane lors de la plénière de la CTG, c’était mardi.