Yana Fibre Orange : la première armoire de fibre optique du réseau d’initiative publique de Guyane a été installée

société
Installation de la 1ère armoire de fibre optique du réseau de Yana Fibre Orange
Installation de la 1ère armoire de fibre optique du réseau de Yana Fibre Orange ©Gaël Ho-A-Sim
Le matin du vendredi 3 décembre 2021, une poignée d'élus a assisté à l'inauguration de la première armoire optique du réseau d'initiative Yana Fibre. Ce dispositif, dont les travaux débutent à peine, devrait permettre à tous les habitants de la Guyane de bénéficier de la fibre optique d'ici 2026.

La fibre partout en Guyane, c'est pour bientôt. Ce vendredi 3 décembre, la première armoire optique du réseau d’initiative de Guyane, Yana Fibre Orange, a été posée. L’installation se trouve dans la commune de Matoury. Elle a été inaugurée en présence du maire de la ville, Serge Smock. 

Il y avait aussi des élus municipaux, ainsi que Marie-Lucienne Ratier, conseillère territoriale déléguée au numérique et Christophe Sergues, directeur de Yana Fibre. Selon la mairie de Matoury, il faudra attendre juillet 2022 pour que les premiers foyers bénéficient du haut débit de l’armoire optique.

La fibre dans toute la Guyane d'ici 2026

Le projet “Yana Fibre Optique” est envisagé depuis 2019 par la Collectivité Territoriale de Guyane. Le 21 mai 2021, la CTG a signé l’attribution d’une délégation de service public (DSP) pour la fibre optique à la Société Orange. Une autre a été accordée aux sociétés Airbus et Marlink pour le réseau satellitaire. 

La DSP attribuée à Orange permet à la société de déployer la fibre internet sur l’intégralité du littoral, de l’Ouest à l’Est. La couverture totale du territoire est prévue pour 2026. Quant à l'autre délégation, elle doit servir à l'installation d'une couverture internet par réseau satellitaire pour toute la Guyane. 

Les habitants de communes isolées devraient, eux aussi, avoir accès à internet. Actuellement, il est difficile d’installer des réseaux câblés dans ces zones. La Guyane est “la première collectivité à investir dans l’achat d’une charge utile présente sur un satellite”, selon la CTG. D’ailleurs, le coût total du projet est de 156 millions d’euros.