martinique
info locale

2 novembre : commémoration des défunts...après la fête des saints

religion
Eglise
Messe de la toussaint à la cathédrale Saint-Louis de Fort-de-France ©Daniel Bétis
Après le 1er novembre consacré à la célébration de tous les saints, l'heure est au recueillement et au souvenir en ce 2 novembre 2019. À chaque date sa signification dans la liturgie catholique. 
Vendredi 1er novembre 2019, c'était la fête de tous les saints anonymes qui n'ont pas été reconnus officiellement par l'église. C'est un appel à chacun(e) de devenir saint(e).

La toussaint n'a pas son origine dans les textes bibliques, comme la plupart des grandes célébrations liturgiques : Noël, Pâques, Pentecôte. Elle a été instituée par l'église, afin de répondre à différentes situations. Après les persécutions, on a d'abord fait une célébration de tous les martyrs, laquelle s'est étendue plus tard à tous les saints. 
 

La pape Grégoire III a fixé la date du 1er novembre


À Rome, cette fête existait certainement dès le Ve siècle. Elle est déplacée une première fois à la date du 13 mai en l'an 610, par le pape Boniface IV. Ce jour là, il fait transporter dans l'ancien temple païen du Panthéon, toutes les reliques des martyrs des catacombes romaines. Le Panthéon devient l'église "Sainte-Marie et des martyrs". Un siècle plus tard, cette fête est transférée définitivement au 1er novembre par le pape Grégoire III, qui dédicaça en ce jour une chapelle de Saint-Pierre de Rome en l'honneur de tous les saints.

En 835, Grégoire IV ordonna que cette fête soit célébrée dans le monde entier. C'est seulement au XXe siècle que Pie X l'insère dans la liste des huit fêtes, avec obligation d'entendre la messe. La fête de tous les saints devient une fête chômée. Elle illumine le jour suivant (le 2 novembre), journée du souvenir de tous les défunts.
 

2 novembre : commémoration des fidèles défunts


C’est en 998 qu’Odilon, abbé de Cluny, institue le 2 novembre une journée consacrée à la commémoration de tous les fidèles disparus. Le pape Léon IX (1049 à 1054) approuvera cette décision et cette fête se diffusera peu à peu dans toute la chrétienté. Son sens profond réside dans le lien entre les vivants et les morts, dans la prière des premiers à l'égard de ces derniers pour leur "purification" en vertu de la "communion des saints". L’église affirme que les défunts peuvent bénéficier de la prière des vivants afin de les aider à être pleinement en union avec Dieu.

Cette célébration qui commémore donc les défunts, est aussi, aux yeux des chrétiens, la fête des vivants. L’église catholique professe en effet la foi en l’immortalité de l’âme. La prière pour ceux qui nous ont quittés, est ainsi marquée du sceau de l’espérance selon les fidèles.
Cimetière
Cimetière illuminé ©A. Velin
Dans la tradition catholique, c'est l'occasion de se rendre au cimetière afin de fleurir et d'illuminer les tombes en famille, en présence de proches et d'amis, pour partager un moment de recueillement, en mémoire de celles et ceux qui nous manquent. 
Publicité