publicité

Une machine innovante fabriquée pour les champs de canne à sucre

Originaire de Guemps, près de Calais, Richard Thibaut, le patron de l'entreprise éponyme, a vendu son outil de traitement de la canne à sucre aux Rhums Saint-James à Sainte-Marie. Il l'appelle "la machine automoteur à pulvérisation". 

La machine automoteur à pulvérisation est opérationnelle pour les traitements de la canne des Rhums Saint-James à Sainte-Marie © La voix et R.Bastide
© La voix et R.Bastide La machine automoteur à pulvérisation est opérationnelle pour les traitements de la canne des Rhums Saint-James à Sainte-Marie
  • Chloé Tisserand et Joseph Nodin
  • Publié le , mis à jour le
Une idée originale et unique en France puisque les ingénieurs ont ajouté une chenille sous un dumper avec cabine. Ils l'ont conçue dans les ateliers de Guemps et la machine a été construite au Japon par un fabricant français. À l'arrière, les rampes de pulvérisation viennent de Beaurainville dans le Pas-de-Calais. L'automoteur à chenille mesure 3,50 m de haut, 4 m de long et pèse 5 tonnes. Un espace d'1,80 m permet le passage de la canne à sucre sans l'écraser. Son prix s'élève à 170 000 euros.

Un chiffre d'affaires de 10 millions d'euros

"Notre machine a une surface plus grande qu'un pneumatique, la pression au sol est donc plus faible et elle s'embourbe moins", a indiqué Richard Thibaut. C'est ce qu'il faut en Martinique où les terrains de canne à sucre sont pentus et humides. 

L'entreprise de 10 millions d'euros de chiffre d'affaires a bien su retenir l'attention en Martinique. La machine permettra  de pulvériser des herbicides au pied des cannes à sucre. "Elle est sur place et est déjà opérationnelle", confirme un des techniciens de l'exploitation de Sainte-Marie.

source : C.T La voix du nord

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play