Louis Crusol relaxé dans l'affaire "Green Parrot"

justice
Relaxe pour Louis Crusol
Louis Crusol (chemise verte et lunettes) est relaxé dans l'affaire "Green parrot" ©Martinique
Le tribunal correctionnel de Fort-de-France a suivi les réquisitions du ministère public et relaxé ce matin, Louis Crusol, le maire de Sainte-Luce, et Patrick Jung, poursuivis pour diffamation.
Le 6 mai dernier, Louis Crusol, le maire de Sainte-Luce et Patrick Jung, président d'une association de justiciables ont été jugés pour diffamation suite à la plainte de l’architecte Mark Frampton, Maguy et Alfred Marie-Jeanne, l'ancien président de région.

Louis Crusol et Patrick Jung étaient accusés d'avoir fait circuler un document mettant en cause Alfred Marie-Jeanne, sa fille Maguy et  Mark Frampton, dans l’affaire Green Parrot. Ce document évoquait la construction d’une école à la Dominique par le cabinet de Mark Frampton, avec les fonds du conseil régional dans des conditions frauduleuses.

Lors du procès, le vice-procureur n'a pas été convaincu de la réalité des poursuites, "la présomption de culpabilité soulevée par la partie civile est une bêtise juridique, elle n'existe nullement dans le code pénal et dans la Cour européenne des droits de l'Homme. Louis Crusol dit qu'il n'a jamais transféré ce texte. On peut en penser ce qu'on veut mais aucune des investigations menées n'a permis de l'avérer.

Le parquet avait demandé la relaxe pour l'élu. Même demande pour Patrick Jung, poursuivi, lui, pour avoir transmis ce texte à un site internet d'informations. Le vice-procureur a estimé que le prévenu a démontré sa bonne foi.