publicité

Serge Letchimy artisan de la résolution du conflit

Après 47 jours de grève des transports interurbains des villes du centre, un accord a donc été trouvé sous l’impulsion de Serge Letchimy, le président de région, et futur candidat à de prochaines échéances électorales.

.

Serge Letchimy ici avec Bertrand Cambusy de la CSTM, obtient un bonus politique incontestable © Martinique 1ère
© Martinique 1ère Serge Letchimy ici avec Bertrand Cambusy de la CSTM, obtient un bonus politique incontestable
  • Guy Etienne
  • Publié le , mis à jour le
Il a donc fallu attendre 47 jours afin que les parties se mettent enfin d’accord, notamment sur le nivellement des salaires des chauffeurs. Pour le syndicat CSTM (Centrale syndicale des travailleurs Martiniquais), le mot d’ordre était tout simplement, à travail égal, salaire égal. Une revendication somme toute légitime, quand on sait que la solde brute d’un conducteur sous-traitant ou co-traitant était jusque-là de 1709 € , contre 1832€  pour un collègue débutant à la CFTU, sans compter les primes et suppléments du dimanche et des jours fériés.

Pour certains, c’est la Compagnie Foyalaise de Transport Urbain,  installée à Fort de France qui aurait du aligner tous les salaires, tandis que d’autres pointent du doigt les gérants co et sous-traitants, alors que ces derniers n’ont eu cesse de rappeler leurs difficultés économiques. Argument irrecevable en revanche s’agissant des conditions de travail qui figuraient également sur la plate-forme revendicative.

Quoi qu’il en soit, la revalorisation concerne aujourd’hui toutes les sociétés, et c’est le secrétaire général du syndicat qui est content. En revanche, le mécontentement était général à la fois chez les usagers qui ont vécu une galère durant près de 7 semaines. Ajouter à cela, le ras-le-bol des commerçants des 4 communes du centre (Fort de France, Schoelcher, Lamentin, St Joseph), et singulièrement ceux de Fort-de-France, qui étouffaient selon leur propre terme, en évaluant leur perte de 60 à 80%.

L’ancien maire de Fort de France, Serge Letchimy, est probablement le plus heureux de cet épilogue. Deux jours pour ramener tout le monde à la raison, avec in fine, un accord signé par tous les protagonistes, et un trafic qui reprend ce week-end avec la bénédiction des voyageurs et des magasins. Autrement dit, c’est incontestablement un bonus politique pour  le président de la région, (peut-être le futur candidat du PPM aux prochaines municipales pour la reconquête de la mairie foyalaise). Une médiation réussie dont Serge Letchimy pourra se vanter en 2015 lors de son bilan à la tête de la région... juste avant la mise en place de la collectivité unique,  dont il envisage d'être le président.

Sur le même thème

publicité
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play