martinique
info locale

L'appel à la grève n'est pas une totale réussite

social
Grève 5 décembre
Les manifestants sortent de la maison des syndicats et marchent sur le boulevard du général De Gaulle. ©R.Bastide
L'appel à la grève contre la dégradation de la situation sociale, lancé à la fois par la CGTM, l'UNSA, et la CFE-CGC, ne mobilise que près de 800 personnes ce matin dans les rues de Fort de France.
Grève 5 décembre
Atmosphère bon enfant, entre les membres des différentes organisations. ©R.Bastide
Malgré la diversité de leurs sections, les trois organisations syndicales signataires de la grève, souffrent semble t-il, d'abord de l'absence d'unité. Les autres grandes centrales locales (CSTM, CDMT, FO, FSU) n'ont pas rejoint ce mouvement, notamment pour des raisons d'opportunité, expliquent-elles.

Ensuite, le mot d'ordre pourtant mobilisateur, contre la dégradation de la situation sociale, ne suscite plus autant d'adhésion que lors de la grève de 2009. "Je ne vais rester là à faire une grève qui va m'apporter un plus gros déficit dans mon porte-monnaie", résume un jeune homme interrogé dans le journal télévisé de mercredi soir. 

"Le 5 février 2009, on a fait une grève, pour autant je ne trouve pas que les choses ont vraiment changé", ajoute une jeune femme. Des propos qui montrent combien la déception se confond avec résignation et qui invitent les syndicats à imaginer d'autres formes de mobilisation.
Grève 5 décembre
La tête du cortège, boulevard du général De Gaulle. ©R.Bastide
Grève 5 décembre
©Martinique 1ère
Grève 5 décembre
La CGTM fidèle à l'un de ses mots d'ordre. ©R.Bastide
Grève 5 décembre
La dégradation de la situation sociale sous forme ironique. ©R.Bastide
Grève 5 décembre
©R.Bastide

 

Publicité