publicité

Ségolène Royal souhaite interdire l'épandage

Ce lundi, la ministre de l'écologie s'est engagée à signer un arrêté interdisant totalement l'épandage aérien de pesticides. 

© Martinique 1ère
© Martinique 1ère
  • Par Raphaël Bastide
  • Publié le , mis à jour le
Théoriquement interdit en France, l'épandage aérien bénéficie pourtant, dans certains cas, de dérogations au grand dam, notamment, des associations guadeloupéennes et martiniquaises qui s'opposent depuis plusieurs années aux producteurs de banane. Le 6 mai dernier, le Conseil d’Etat suspendait les dérogations pour l'épandage aérien jugeant qu’il y avait un «doute sérieux» concernant la légalité de l’arrêté qui «prévoit des cas de dérogation au principe d’interdiction de l’épandage aérien plus larges que ceux que la loi elle-même autorise à l’article L. 521-8 du code rural et de la pêche maritime». De son côté la Direction générale de l'Alimentation (DGAL) souhaite maintenir des dérogations pour certains agriculteurs.

Dans le cadre de la journée mondiale de la biodiversité, Ségolène Royal a lancé, jeudi 22 mai, l'opération « Terre saine, villes et villages sans pesticides ». Dans un communiqué, la ministre indique qu'elle "signera dans les meilleurs délais un arrêté interdisant l'épandage aérien de pesticides pour l'ensemble des cultures qui pouvaient bénéficier d'une dérogation" précisant également que cette interdiction devrait intervenir sans délai pour la banane. La ministre de l'Ecologie s'est ainsi engagée à signer un arrêté interdisant totalement l'épandage aérien de pesticides.



 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play