martinique
info locale

Le Martinique surf pro, seule étape caribéenne du championnat du Monde

surf
Martinique surf pro
La première édition du Martinique surf pro aura lieu du 21 au 26 avril 2015 ©Gianny Blameble
Dans deux mois, la Martinique accueillera une étape qualificative pour le Championnat du Monde de surf. Une première manifestation qui deviendra annuelle, jusqu'en 2017 au moins... Et même plus si la destination plaît aux organisateurs.
Six ans après avoir monté leur association Martinique surfing, Nicolas Clémenté et Nicolas Ursulet vont concrétiser un de leurs objectifs : faire de la Martinique et de ses nombreux spots une destination pour une épreuve qualificative du championnat du monde (WQS). Après la Guadeloupe en 1997, c'est à notre tour d'accueillir cet événement d'envergure internationale. Une centaine de compétiteurs tentera de se qualifier pour le ASP world tour qui réunit les meilleurs surfeurs professionnels sur un parcours de onze épreuves réparties sur l'ensemble du globe. 

Basse Pointe accueillera l'étape

Avant cela, ils participent donc aux qualifications sur 34 étapes, en essayant de rafler le plus de points. Le Martinique surf pro est ainsi classé à un niveau intermédiaire : 3 sur 5. Et c'est la "droite" de Basse Pointe qui sera le théâtre des opérations. Un choix des organisateurs du WQS, qui ont approché les deux Nicolas il y a deux ans. Nicolas Ursulet : "Ils souhaitaient étendre l'événement sur la Caraïbe, et ils ont vu que ça bougeait sur la Martinique, que c'était dynamique. A travers tout ce qu'on avait fait, le réseau qu'on avait créé et notre expérience de l'événementiel, cela représentait un aboutissement... Et on a relevé le défi !" Aujourd'hui, à deux mois de l'échéance, "C'est lourd ! explique Nicolas Ursulet. Pour passer du rêve à la réalité, c'était un long cheminement."

Une vitrine pour la Martinique

"Il y aura une résonance très forte : Il y a déjà beaucoup d'appels de journalistes qui veulent venir de partout, du Brésil, du Japon, de Pologne, des Etats-Unis..." raconte Nicolas Ursulet. Et c'est grâce à cette presse spécialisée que la destination peut devenir une référence dans le milieu. Nicolas Clémenté : "Quand on prend l'exemple de territoires qui ont accueilli des événements comme celui qu'on prépare, à savoir le Maroc avec Taghazout et le Portugal avec Péniche, ça a créé un boom économique et touristique, suite à la médiatisation de cette opération, et toutes ces villes se sont développées autour de l'activité." Après aux collectivités d'investir pour développer le tourisme sportif et accueillir les voyageurs qui veulent surfer toute l'année dans de bonnes conditions.

Dynamique de développement

"On a signé sur trois années, avec une quatrième en option. Il s'agira entre temps de valoriser le littoral, car ce projet s'inscrit dans une logique de développement" pour Nicolas Clémenté. Des aménagements sont d'ailleurs en cours de réalisation pour accueillir les 500 personnes attendues, sans compter le public. "On manquait cruellement d'infrastructures", assure Nicolas Ursulet. "Le port de Basse Pointe va être réaménagé. Des démolitions sont prévues pour gagner de la place, ainsi que des constructions qui pourront être réutilisées." Seuls deux Martiniquais disposeront d'une wild card pour participer au Martinique surf pro, qui se tiendra du 21 au 26 avril.

Martinique surf pro
Le spot de Basse Pointe offre de magnifiques droites, parfois très puissantes et particulièrement longues ©Jérémy Brasset
Avis aux artisans et autres commerçants qui voudraient participer au village qui sera installé à Basse Pointe du 21 au 26 avril : prendre contact au 0696 06 92 47.

 

Le Martinique surf pro en chiffres
Entre 100 et 120 surfeurs participeront à la compétition, qui viennent généralement accompagnés. On peut donc multiplier ce chiffre par trois ou quatre.
C'est également 90 officiels : organisateurs du championnat du Monde de surf, journalistes... Soit environ 500 personnes attendues.
Ils seront logés dans des hôtels de Trinité, Sainte-Marie et Grand Rivière.
On compte enfin 50 bénévoles pour aider à l'organisation, ainsi qu'une vingtaine de professionnels.


Publicité