Des agriculteurs barrent l'entrée du port de Fort-de-France

conflit social
Crise des éleveurs : les mesures d’urgence concerneront aussi les Outre-mer
Alors que les agriculteurs martiniquais se disent "oubliés par l'Etat", le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, assure que les mesures d'urgences pour les éleveurs concerneront aussi les Antilles. ©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Une Intersyndicale composée de membres de diverses organisations du secteur agricole bloque le Port de Fort de France depuis ce lundi matin (17 août). Elle souhaite des mesures pour la production locale. 
A l'image de leurs homologues de l'hexagone, les éleveurs de porcs de Martinique se sont mobilisés aujourd'hui (lundi 17 août). Depuis le début de la journée, les membres d'une intersyndicale composée des Jeunes Agriculteurs, de représentants de la Fdsea (Fédération Départementale des Syndicats d'Exploitants Agricoles) et de l'OPAM (Organisation Patriotique des Agriculteurs de Martinique) barrent l'entrée du port de Fort-de-France situé à la Pointe des Grives.


Des mesures fortes réclamées

La profession n’apprécie pas que des mesures arrêtées en France, ne soient pas applicables dans notre île. Après une rencontre avec les services de la Préfecture, il y a quelques jours, les producteurs de l’île sont passés à l’action et exigent désormais que les autorités viennent à leur rencontre, sur le site du blocage.

Le malaise de la profession exprimé par Nadine Louis-Marie. Elle est productrice de porcs. Devant Maurice Violton de martinique 1ère Radio, elle s'exprime au nom de la Coopérative des producteurs de porcs. 
La colère aussi de Alex Velayoudon, de l’OPAM  recueillie par Maurice Violton de Martinique 1ère Radio

Le barrage se veut pour l'instant illimité.