Mission nocturne auprès des tortues

environnement
Tortues
©Martinique1ere
Les tortues viennent régulièrement pondre leurs oeufs sur les plages de Martinique. Cette semaine, un nouveau programme a débuté, mené par la DEAL et l'Office National de la chasse et de la faune. Il s'intéresse aux tortues imbriquées ou tortues Caret.
Direction le littoral de Sainte-Luce. Policiers de l'environnement, techniciens et scientifiques parcourent les plages de la commune sur plus de deux kilomètres, depuis le début de soirée. La lumière rouge permet de repérer la première tortue. C'est une lumière tamisée, discrète, pour éviter d'effrayer l'animal. La tortue peut pondre jusqu'à 200 oeufs dans plusieurs nids. C'est bien après cela que la pose de bague s'effectue. "On lui pose une bague sur les nageoires antérieures. Elle comporte un code avec des lettres qui correspondent à un pays", explique Émilie Dumont-Dayot, chargée de mission tortues marines à l'Office National de la chasse et de la faune sauvage. "Pour nous, c'est French West Indies, FWI. Il y a aussi quatre chiffres qui permettent de donner une identité à l'animal".
 

Des animaux suivis à la trace

Les tortues marines viennent pondre en Martinique entre mars et octobre. Elles partent ensuite en migration. Où vont-elles ? Comment vivent-elles entre deux pontes ? C'est ce que cherche à savoir cette équipe qui est venue avec six balises. "Elles permettent d'avoir le comportement de plongée de l'animal et des informations sur son environnement direct", résume Damien Chevalier, chercheur au CNRS. Les balises sont programmées pour enregistrer des données pendant un an.

Les tortues imbriquées ou tortues Caret sont inscrites sur la liste rouge des animaux menacés. Cette équipe de scientifiques contribuent à la restauration et à la préservation de l'espèce.
 
À (re)voir, le reportage de Fabienne Léonce et Marc Balssa :

Tortues by martinique1ere
Intervenants :
1 - Émilie Dumont-Dayot, chargée de mission tortues marines à l'Office National de la chasse et de la faune sauvage
2 - Damien Chevalier, chercheur au CNRS (Programme Recherche sur les tortues marines)