publicité

Le Drépaction s'exporte en Martinique

L'Association Pour l’Information et la Prévention de la Drépanocytose organise son Drépaction en Martinique. Comme dans l'Hexagone, le concert de charité est précédé par toute une semaine d'informations (9 au 15 novembre) sur la drépanocytose. Plus de 2 000 Martiniquais en seraient malades.

© NATHALIE NOUZIERES
© NATHALIE NOUZIERES
  • Laurie-Anne Virassamy
  • Publié le , mis à jour le
Depuis 2009, le Drépaction attire les foules au Zénith de Paris au mois de juin. Des personnalités politiques, sportives ou du monde du spectacle se retrouvent pour la bonne cause. Ce moment festif clôture la semaine nationale de sensibilisation à la drépanocytose.

Cette année, le concept s'exporte ici. "C'est une demande des Martiniquais", assure Jenny Hippocrate, la présidente de l'APIPD (Association Pour l’Information et la Prévention de la Drépanocytose). "La Martinique est le département le plus touché de France". Selon l'Association, on compte 40 000 porteurs sains et plus de 2 000 malades avérés, contre 1 500 en Guadeloupe ou en Guyane.

"Il faut être le plus proche de la population. Lundi, on va frapper aux portes à Sainte-Marie", annonce Jenny Hippocrate. Du lundi 09 au dimanche 15 novembre, la "caravane du coeur" "se déplacera dans plusieurs communes, à Sainte-Marie, à Saint-Pierre ou encore Fort-de-France", explique Marc Orlay, le président de l'APIPD Martinique. "On aura aussi un village à la Galleria pendant toute la semaine". Vous pouvez trouver le programme complet ici

Financer trois bourses de recherche

Samedi 14 novembre, le Hall des Sports du Lamentin accueillera, à partir de 19h30, le concert de solidarité. Onze artistes sont annoncés dont Orlane, Admiral T ou Antonny Drew.

Le Drépaction est aussi l'occasion de récolter des fonds. Selon l'APIPD, l'association recueille entre 30 000 et 50 000 euros, ce qui lui permet de financer des bourses d'études. "J'aurais aimé qu'il y ait un doctorant en Martinique pour faire de la recherche. On ne l'a pas encore", regrette Jenny Hippocrate. Pour cette édition 2015, elle aimerait recevoir 30 000 euros pour subventionner trois bourses d'études.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play