CTM : Les professions de foi ont évolué

politique
Urne
©Martinique 1ère
Ensemble Pour une Martinique Nouvelle et le Gran Sanblé Pour Ba Péyi-a An Chans ont publié, ce jeudi 10 décembre, leurs professions de foi avant le second tour des élections territoriales (dimanche 13 décembre 2015). Dans les deux textes, le discours a un peu évolué.
Comme pour le premier tour, les listes restantes ont publié leurs professions de foi. Elles sont disponibles en ligne, depuis ce jeudi (10 décembre), sur le site du ministère de l'Intérieur. Pour chacun des candidats, on retrouve les mêmes chartes graphiques. L'un veut de la continuité, l'autre du changement. Mais dans le détail, le contenu a tout de même évolué, entre les deux tours.

Dans les textes initiaux, il y avait au mieux des propositions précises, au pire de vagues indications. Désormais, il n'y a aucune précision sur un quelconque programme. Les deux équipes se contentent de donner une vision. On sait simplement qu'Ensemble Pour une Martinique Nouvelle agira "en mettant la justice, l'équité et la solidarité au coeur des politiques publiques". Le Gran Sanblé Pou Ba Péyi-a An Chans mentionne "des actions [qu'il s'engage] à mener avec vous et pour vous".

La fusion en question

Dans les deux textes, on sent que le premier tour est passé par là. Chez le PPM et ses alliés, on se défend de vouloir abandonner la surrémunération des fonctionnaires. "Je n'ai jamais eu et je n'ai nullement l'intention de supprimer les 40 %, lesquels sont une conquête sociale à laquelle nous restons tous attachés", assure Serge Letchimy.

Dans l'autre camp, c'est évidemment la question de la fusion qui occupe une grande partie du texte. Les anciens adversaires "ont décidé, au-delà des clivages politiques et idéologiques, de faire passer l'intérêt supérieur et la survie de la Martinique au premier rang", dit Alfred Marie-Jeanne. "Ce qui nous rassemble est plus important que ce qui nous divise", ajoute Yan Monplaisir.

Sur la profession de foi de cette liste unique, mélange de Gran Sanblé et de Ba Péyi-a An Chans, on voit les choses en double : deux photos, deux visages, deux logos, deux signatures comme si l'amalgame n'était pas encore fait. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live