Virus du Zika : un cas confirmé en Martinique

santé
Institut Pasteur de Cayenne
Institut Pasteur de Cayenne ©© wikimapia
La menace est aujourd'hui bien réelle. Deux premiers cas de personnes contaminées par le virus zika ont été identifiés en Guyane et en Martinique, a annoncé samedi (hier) le ministère de la Santé dans un communiqué.
                 

Deux personnes contaminées par le virus zika ont été identifiés en Guyane et en Martinique, a annoncé samedi le ministère de la Santé dans un communiqué. 
Ce sont les deux premiers cas, officiellement identifiés dans la Région. 
"Les Agences régionales de santé (ARS) de Guyane, de Martinique et de Guadeloupe sont mobilisées pour mettre en oeuvre toutes les mesures permettant de surveiller et de limiter la dissémination du virus et de prendre en charge les personnes concernées", a indiqué le ministère dans son communiqué.

Le zika est une maladie dont le virus est transmis par les moustiques. Il appartient à la même famille que la dengue. Le zika sévit principalement dans l'ensemble de la zone intertropicale. Au 1er décembre, neuf pays d'Amérique latine ont confirmé la présence du virus zika, selon le communiqué du Ministère de la Santé.


Les symptômes :

Ce nouveau virus, proche de ceux de la dengue et du chikungunya, est transmis par les moustiques du type Aedes albopictus , dont le plus connu est fameux le moustique tigre. 
Les symptômes du zika sont le plus souvent de type grippal (fièvre, maux de tête, courbatures, yeux rouges..) avec des éruptions cutanées. Ils se manifestent dans les 3 à 12 jours qui suivent la piqûre par le moustique contaminé.Le zika peut également se manifester par une conjonctivite ou par une douleur derrière les yeux, ainsi que par un oedème des mains et/ou des pieds. Il n'existe ni traitement curatif ni vaccin, et le seul traitement est symptomatique (prise en charge des symptômes).                 
Les autorités sanitaires recommandent de se protéger contre les piqûres de moustique, y compris dans la journée. 
Les femmes enceintes sont particulièrement à risque, puisque susceptibles de développer des malformations congénitales. Elles doivent  consulter leur médecin pour assurer un suivi, si elles résident ou se rendent dans des zones où le virus est présent.
                 

 

  •  
Les Outre-mer en continu
Accéder au live