Zika : Les pays de l’OECS prennent des mesures concertées

caraïbes
Drapeaux des pays de l'OECS
©http://www.oecs.org/images/oecs-flags-resize.jpg
Déjà vingt pays d’Amérique Latine et de la Caraïbe sont touchés par le virus du Zika, à des degrés divers. Mais on sait que l’épidémie se propage rapidement, d’où l’urgence de mesures concertées.
La progression est rapide. Depuis les premiers cas déclarés çà et là, le nombre de malades du zika a augmenté de manière significative. Certains pays de la Caraïbe ont très tôt mis en garde les femmes susceptibles d’enfanter, leur demandant même de différer leur projet de bébé. Mais partout, on dénombre des cas de femmes enceintes porteuses du virus qui nécessitent, quand c’est possible, une surveillance médicale renforcée.


Des campagnes d'éducation communes

Devant l’expansion du virus, les pays membres de l’Organisation des États de la Caraïbe Orientale, essentiellement de petites îles, ont décidé une approche concertée : plus précisément, le suivi et la surveillance du virus, l'éradication du moustique vecteur, les soins et la gestion des cas. Des campagnes d'éducation du public seront conjointement organisées dans tous ces pays.

"Ce combat est avant tout pour protéger la vie de notre peuple contre cette maladie", a déclaré Keith Mitchell, le Premier Ministre de Grenade et actuel Président de l'OECS. "Mais il est aussi pour protéger notre mode de vie, notre industrie touristique vitale sur laquelle beaucoup d'entre nous comptent. La peur ne peut pas être la réponse à cette menace. L'action collective sera déterminée. Nous déclarons février, mois d'une action concertée de toutes les parties prenantes".

Impliquer tous les acteurs économiques

Pour éradiquer les sites de reproduction des moustiques et détruire la population adulte existante, les gouvernements des pays de l’OECS vont établir des partenariats avec tous les acteurs économiques, et notamment l’industrie du tourisme, appelée à participer à l’effort collectif.

Le secteur de l’éducation va accompagner la transmission des messages de prévention et la sensibilisation de la population via les plus jeunes.

Enfin, tous vont devoir participer au contrôle et à la destruction des gîtes éventuels, en particulier dans les zones à forte densité de population. "Nous ne pouvons réussir à vaincre la menace de cette maladie que si tous les citoyens et les visiteurs comprennent ce qu'il faut faire", explique Keith Mitchell. "Nous avons également besoin de communiquer et de démontrer au monde extérieur l'effort déterminé que nous engageons pour que les touristes n’aient pas peur de venir sur nos côtes".
L'Organisation des États de la Caraïbe Orientale
L'OECS se compose actuellement de neuf États membres et membres associés, répartis sur les petites Antilles. Ensemble, ils forment un archipel presque ininterrompu :
•   Anguilla (sous dépendance britannique, membre associé)
•   Antigua-et-Barbuda
•   Dominique
•   Grenade
•   Guadeloupe (département français)
•   Martinique (collectivité française, membre associé)
•   Montserrat (sous dépendance britannique)
•   Saint-Christophe-et-Niévès
•   Sainte-Lucie
•   Saint-Vincent-et-les Grenadines
•   Îles Vierges britanniques (sous dépendance britannique, membre associé)

Les deux membres les plus isolés, Anguilla et les îles Vierges britanniques, ont obtenu le statut de membres associés. De fait, les missions diplomatiques de l'OECS ne les représentent pas. Récemment, c'est la Martinique et la Guadeloupe qui ont demandé ce statut. La Martinique a officiellement intégré l'organisation comme membre associé, le 4 février 2015.

Six membres sont d'anciennes colonies du Royaume-Uni. Les trois autres, Anguilla, Montserrat et les îles Vierges britanniques, sont toujours des Territoires britanniques d'outre-mer. La Martinique est une collectivité française. La Guadeloupe est un département et une région française d'outre-mer. Huit des membres sont des Royaumes du Commonwealth. Le dixième, la Dominique, est une République.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live