2017, nouvelle année noire pour le BTP ?

industrie
Travaux publics
Travaux d'’aménagement de la section 1 du TCSP, boulevard Allègre, à Fort-de-France (2015) ©Martinique 1ère
Les professionnels du BTP restent perplexes face aux récentes annonces de la CTM faisant état d'une reprise progressive de l'activité. Les mesures prises par la collectivité pour sortir le secteur de la crise restent, selon eux, insuffisantes. 
Jeudi 6 avril, lors de la dernière plénière de l'Assemblée, Daniel Marie-Sainte, porte-parole de l'exécutif, se félicitait d'avoir redonné du travail aux entreprises du BTP, en annonçant une quarantaine de chantiers, pour les prochains mois, d'un montant total de plus de cinq millions d'euros.

"Une goutte d'eau"

Insuffisant pour relancer la machine, estiment les professionnels du secteur. Christian Louis-Joseph évoque "une goutte d'eau". Le président du syndicat des entrepreneurs du bâtiment rappelle le chiffre d'affaires annuel réalisé par la filière, estimé à 800 millions minimum.

Daniel Marie-Sainte nuance : les cinq millions n'englobent que de menus travaux (réfection de chaussées et de trottoirs, entretien des collèges et des lycées...). Mais même pour les petites structures, le compte n'y est pas, selon Hervé Etilé. Les carnets de commandes sont toujours aussi vides qu'au début de la crise, il y a un an, constate le président de la Fédération Française du Bâtiment en Martinique.

La CTM pointée du doigt

La CTM a sa part de responsabilité, affirme-t-il. Il lui reproche son absence de vision et de perspectives. "Tout ça, c'est du saupoudrage", s'emporte-t-il. Hervé Etilé va même jusqu'à contester les chiffres de Daniel Marie-Sainte. Le professionnel parle d'une série de chantiers rapportant 2,5 millions d'euros, soit deux fois moins que ce qui est annoncé par la collectivité. Mais ce qui inquiète le plus la profession, c'est l'absence de marchés pour les prochains mois. Prémices d'une nouvelle année noire pour un secteur au bord de l'explosion.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live