36e jour de confinement, en Martinique, la délinquance baisse "légèrement" mais les malfaiteurs opèrent encore

coronavirus
Bilé Police (illustration)
©Martiniquela1ere
Comme les gendarmes, les policiers sont mobilisés pour faire respecter l’obligation d’isolement. Depuis la mi-mars ils verbalisent les contrevenants mais sont moins sollicités pour les autres délits. Pour autant, la pandémie ne décourage pas les voleurs.
Entre colère et désarroi, le lundi 20 avril 2020 restera une mauvaise journée pour Sandra Merkiled. Hier matin, la jeune femme se rend sur la place de la Savane à Fort-de-France où elle possède un snack, fermé depuis le début du confinement. Elle veut s’assurer qu’il n’y a pas de problème et relever le courrier par la même occasion.

En arrivant à son local, elle découvre, effarée, que le volet de protection de la serrure a été endommagé. Un cambrioleur a visiblement tenté de forcer la porte qui donne sur la cuisinette, à l’aide sans doute d’un pied de biche. Sandra Merkiled est ulcérée.
Taco loco vandalisé
©DR
Elle explose sur sa page Facebook.
 

En ces temps de crise, il y a encore des sous-merdes qui essaient de voler leurs prochains. Je suis sincèrement écœurée. Ces petites merdes n'ont pas réussi à entrer. Mais sincèrement, aujourd'hui commence une autre version du confinement : celle où en plus de m'inquiéter pour la santé de mes proches, je dois m'inquiéter aussi pour la survie de mon entreprise.
 

Sandra Merkiled a ouvert ce snack avec une associée en septembre 2018 pour vendre des tacos. Signe du succès de leur entreprise, elles employaient quatre salariés aux heures fastes. Mais en octobre dernier, elles se séparent de trois d’entre eux, après avoir vu la clientèle et le chiffre d’affaire baisser (entre 40 et 60%), en raison des travaux de rénovation de la rue de la liberté.

Avec le confinement, la fermeture du snack, et les pertes sèches en perspective, la dernière salariée a été placée en chômage partiel. La tentative de cambriolage a réveillé de mauvais souvenirs chez Sandra Merkiled. En juin 2019, le local avait déjà été visité. Elle soupire.


L’an dernier le voleur est venu deux fois. Il a emporté le contenu de la caisse. J’ai déposé plainte en fournissant à la police les images des caméras de vidéosurveillance mais ça n’a rien donné. Cette fois encore, je vais porter plainte.
 

Hier matin, alors que Sandra Merkiled peste contre l’individu qui a voulu cambrioler son snack, au quartier Dillon, une automobiliste est victime d’un carjacking, le deuxième en une semaine après celui du Lamentin mardi dernier. Sous la menace d’un fusil, deux hommes braquent la conductrice et s’enfuient avec son véhicule.

Dans l’après-midi, un nouveau braquage a lieu dans une station-service au Lamentin. Deux voleurs se jettent sur un homme qui s’apprête à retirer de l'argent dans un distributeur automatique. Une bagarre s’ensuit. Un coup de feu claque. L’homme est blessé à la jambe et évacué à l’hôpital Pierre-Zobda Quitman à Fort-de-France.
Louisy Berthé
©DR
Louisy Berté, secrétaire départemental adjoint du syndicat Alliance Police Nationale, ajoute.

Il y a deux semaines, un bazar a été braqué au Lamentin. Pour autant, les vols avec violences ont diminué car il n’y a pas grand monde dehors. En revanche, quand nous intervenons dans les quartiers, nos voitures sont caillassées un jour sur deux.
 

Au chapitre des délits répertoriés pendant le confinement, il y a également le cambriolage, vendredi dernier, en plein couvre-feu, de l’école Emilie Fordant à Fort-de-France : les voleurs emportent une douzaine d’ordinateurs et un téléviseur entre autres.
En mars, des malfaiteurs s’étaient introduits sur le site d’une société de location de voiture pour siphonner nuitamment des engins de chantier. Plus tard, les mêmes ou d’autres avaient volé du carburant sur le chantier d’un magasin de meubles à Californie.
Thierry Baucelin
Thierry Baucelin ,(Alliance Police) secrétaire départemental. ©DR
Thierry Baucelin, secrétaire départemental d'Alliance Police Nationale, réagit.


Les cambriolages ont lieu dans les zones industrielles car elles sont désertées en ce moment. Les atteintes aux biens ont néanmoins baissé car les gens sont chez eux.
 

Dans quelle proportion ont chuté les cambriolages ? Les chiffres communiqués par la préfecture font un parallèle instructif avec ceux de l’an passé à la même époque. En mars 2019, on dénombrait 125 cambriolages en Martinique contre 115 le mois dernier.

Si les policiers se félicitent de la "légère baisse" des cambriolages, ils notent à l’inverse une hausse des tirages de moto sur l’autoroute et au quartier Sainte-Thérèse à Fort-de-France. Les amateurs de courses sauvages profitent des rues et des routes plus ou moins vides.

D’une manière générale, le non-respect du confinement préoccupe les forces de l’ordre. Entre le 17 mars et le 15 avril 2020, pas moins de 2 929 personnes ont été verbalisées. L’indiscipline des contrevenants constitue un danger en pleine crise sanitaire. 
Thierry Baucelin indique à ce propos que les policiers ont reçu, via la préfecture, des masques fournis par l’ARS, dès le début du confinement.


Le problème c’est que, même s’ils paraissaient neufs, ces masques étaient périmés. Ils dataient de 2001 et 2011. Donc leur utilité était nulle. Finalement, la CTM nous a donné 2400 masques la semaine dernière et ceux-là ils sont bons.
 

Louisy Berté s’inquiète lui aussi de la sécurité des patrouilles et des équipes qui interviennent dans les quartiers.


Nous allons au contact des gens. Lors des interpellations, ils sont souvent violents verbalement et physiquement. A ma connaissance, deux de nos collègues ont déjà été infectés par le coronavirus.
 

Au trente-sixième jour de confinement, les policiers ne sont pas "rassurés". Ils dénoncent la "montée en puissance" des actes d’incivilités et craignent pour leur santé. À celles et ceux qui enfreignent les règles, ils leur conseillent, avant de sévir, de respecter la formule : "Rété a kay zot".
Les Outre-mer en continu
Accéder au live